Une cérémonie simple, mais historique

J’ai bien aimé les textes du journaliste Réal Fradette dans l’édition du 14 septembre de l’Acadie Nouvelle, ayant trait à la bénédiction du terrain où sera située la nouvelle église de Bas-Caraquet.

Une cérémonie simple, mais historique et présidée par Mgr Daniel Jodoin, l’évêque du diocèse de Bathurst.

J’y ai trouvé des textes à la portée des gens et rafraîchissants, faisant oublier le triste passé de l’autre église, soit celle détruite dans un incendie il y a déjà plus d’un an.

Je sais qu’une nouvelle église ne ramènera pas de si tôt la population de Bas-Caraquet dans ce lieu de culte. Toutefois, pour certains, l’église demeure toujours un lieu important de prière et de recueillement.

Même si j’habitais à Atholville l’an passé, je m’étais rendu à Bas-Caraquet avec ma conjointe pour voir les ruines de l’église détruite par le feu.

Bas-Caraquet occupe une place bien spéciale dans le cœur de mon épouse. Son grand-père, Pierre P. Morals, habitait dans ce village et sa pierre tombale est dans la toute première rangée du cimetière. Un simple hasard, je suppose.

Bravo au journaliste Réal Fradette d’avoir si bien décrit une situation ou un fait que l’on voit très rarement de nos jours, soit la bénédiction d’un terrain pour une nouvelle église.

En plus, il a souligné la participation de Mme Béatrice Doiron de Bas-Caraquet à cet événement; elle est âgée de 92 ans et a été la toute première femme francophone à devenir maire d’une municipalité dans la province. C’était un fait marquant pour l’Acadie à l’époque.

Marcel Arseneau
Moncton