Non aux coupures dans les bibliothèques publiques

La Société des enseignantes et enseignants retraités francophones du Nouveau-Brunswick (SERFNB) a tenu son Assemblée générale annuelle le 22 septembre à Grand-Sault. Lors de cette assemblée, le sujet de la consultation relative aux bibliothèques publiques initiée par le gouvernement Higgs a été soulevé.

Une proposition a alors été adoptée dénonçant toute coupure éventuelle dans le budget des bibliothèques publiques. Ces coupures se traduiraient inévitablement en une réduction des services, une diminution possible du personnel et l’élimination possible de programmes.

Les bibliothèques publiques jouent un rôle important surtout dans les communautés rurales de la province. Que ce soit comme lieu de rencontre, vecteur de solidarité communautaire ou contribution au développement de la littératie, la bibliothèque joue aujourd’hui un rôle différent de celui qu’elle jouait traditionnellement. On y retrouve des programmes d’intégration pour les nouveaux arrivants, des activités de mieux-être, des sessions pour jeunes enfants, des programmes et activités pour les aînés, des sessions d’initiation à la technologie numérique, etc.

La proposition adoptée lors de notre AGA recommande de maintenir la qualité des programmes et l’intégrité des budgets de nos bibliothèques publiques. Qui plus est, elle invite le gouvernement à améliorer les services existants et à en faire la promotion. Nous soutenons que les bibliothèques sont un instrument privilégié d’épanouissement et de développement de nos communautés.

Nous devons rappeler à nos dirigeants l’importance des bibliothèques publiques dans nos milieux. Leur existence ne devrait pas être questionnée mais on devrait plutôt travailler à accroître leur rayonnement.

Linda LeBlanc
Présidente
SERFNB