Éloge funèbre en l’honneur de Laurie Landry

À la demande de mon ami Laurie Landry, j’ai accepté de prononcer en son honneur cet éloge funèbre.

Tout d’abord, permettez-moi d’exprimer mes plus sincères condoléances à Josette, sa charmante et attentionnée épouse, à ses quatre enfants, Vincent, Jacques, Suzanne et Pascal; à ses beaux-enfants, Daran, Jason, Melissa et Paula, et à toute la belle et grande famille Landry.

Perdre un être cher aussi précieux que ce distingué citoyen de l’Acadie que l’on a connu, que l’on a souvent côtoyé, que l’on a aussi beaucoup admiré et aimé, représente en ce moment pour moi et bien d’autres personnes d’énormes peines. Les larmes voudraient encore couler!

Je vais vous décrire Laurie Landry tel que je l’ai connu et côtoyé depuis au moins vingt ans.

En effet vers l’an 2000, Laurie est devenu l’un de mes meilleurs amis. Dès le premier contact, avec l’art et la délicatesse qu’on lui reconnait, nous avons décidé de nous rencontrer au moins une fois la semaine pour étudier la langue espagnole. Et puis, avec le temps, le rythme des rencontres a augmenté jusqu’à 5 fois la semaine.

Il manifesta d’autres intérêts pour l’étude de l’italien, du latin, de l’allemand et même du portugais. Vous pouvez constater vous-mêmes son amour pour l’apprentissage et sa soif des connaissances.

Laurie fut un homme très intelligent, un grand intellectuel, un homme profondément cultivé, une sorte d’encyclopédie vivante et ambulante.
D’un couvert à l’autre, il a même étudié la sainte Bible.

Les qualités évidentes qui se dégagent de ces rencontres, c’est qu’il adorait passionnément étudier, apprendre et se cultiver. Sa grande intelligence l’exigeait.

Laurie, au cours de sa vie, a énormément voyagé au Canada, en Europe et aux États-Unis. Il a parcouru le monde à la recherche de la première édition du livre Évangéline de Longfellow.

Grâce à ses recherches, il a réussi à collectionner au-delà de 700 pièces d’Évangéline qu’il a par la suite remises au Musée acadien de l’Université de Moncton.

Il avait une énorme passion pour les livres. D’ailleurs, à un moment donné, il en avait une centaine de milliers.

Ce fut un homme d’une grande humilité et un grand bâtisseur d’édifices. Jamais ne s’est-il vanté de ses réussites comme bâtisseur. Plusieurs écoles furent construites dans la province, des églises, des couvents, des résidences pour personnes à la retraite, des écoles, l’édifice Assomption, l’ancien édifice de Radio-Canada, ainsi de suite.

Je le répète. Laurie fut un grand bâtisseur, mais un homme humble et un homme effacé.

Ajoutons à tout cela sa grande générosité. Comme preuve, il a financièrement contribué au développement du musée de l’Université de Moncton, il a fait aussi fait une énorme contribution en faveur de la sauvegarde de notre magnifique cathédrale.

Un jour, en Haïti, il a même remis aux religieuses une automobile complètement neuve pour qu’elles puissent se rendre en toute sécurité à l’orphelinat.

Il a été président et membre de multiples conseils d’administration dans la région de Moncton.

Je ne peux passer sous silence une autre qualité. Il a toujours été un homme d’une grande foi chrétienne.

Laurie était un homme qui ignorait le sens du mot ennui en raison des multiples passe-temps qui l’occupaient pleinement, comme la lecture, les voyages, la photographie, la collection des timbres et les mots croisés dans lesquels il excellait.

Sur le plan familial, Laurie qui a été pendant plusieurs années un père monoparental, a malgré tout bien réussi avec ses enfants. Comme lui, deux de ses fils sont de compétents ingénieurs, sa fille est une compétence en informatique et le troisième fils, l’est tout autant comme technologue en génie.

Le secret de cette réussite est fort simple: quand les enfants grandissaient, Laurie les invitait en soirée à participer à des compétitions de mots croisés ou à d’autres concours. Leurs esprits et leurs intelligences se développaient ainsi.

Comme couple marié. Laurie et Josette ont connu ensemble le grand amour et le grand bonheur pendant plus de 20 ans de vie commune.

Si Laurie parlait de son épouse, il disait souvent qu’il avait perdu la tête lorsqu’il avait rencontré Josette et qu’il ne l’avait pas encore retrouvée!

Merci, Laurie pour toute ta profonde amitié, ta grande sagesse, ton authenticité qui n’était pas fake news. Mille mercis pour ton immense contribution sociale et éducative, pour ta bonté sincère, ta noble générosité.

Laurie, tu as été et tu seras toujours mon grand héros! Tu as été un modèle de courage pendant toute ta vie et jusqu’à ton dernier souffle.

Mon ami Laurie, que ton âme repose maintenant en paix et dans le bonheur sans fin.

Alcide F. LeBlanc
Moncton