Soyons sérieux, c’est notre université!

J’ai suivi avec intérêt le processus de sélection d’un nouveau recteur pour notre université. Je comprends très bien pourquoi le processus a été repris. Mais il y avait de bons candidats au premier tour. Pourquoi ces candidats n’ont-ils pas voulu soumettre à nouveau leur candidature?

Avec tout le respect que je dois au Dr Prud’homme, que je ne connais aucunement, j’ai de la difficulté à comprendre que nous ne pouvons pas trouver en Acadie une personne capable de gérer et de faire avancer notre université.

Au cours des 50 dernières années, l’U de M a produit des gens de lettres, des philosophes, des gens d’affaires et autres, mais impossible de trouver la personne pour administrer notre institution acadienne. Nous avons vraiment un problème.

Est-ce possible que nos critères de sélection soient trop élevés, cherchons-nous une perle rare, éloignons-nous les candidats acadiens, sommes-nous trop exigeants?

Je crois que c’est le temps de se réveiller et de regarder autour de nous afin de voir qui pourrait administrer cette institution et la faire grandir.

Impossible de croire que durant 50 ans, l’université n’a pas formé, parmi nos universitaires, quelqu’un qui peut maintenant la faire rayonner. On fait piètre figure et c’est vraiment malheureux!

Nous en avons accepté un la dernière fois et il n’a pas fait grand-chose pour faire grandir notre institution acadienne. Allons-nous faire la même erreur aujourd’hui?

Soyons sérieux, c’est notre université!

Georges Marcoux
Shediac