Choisir ses antibiotiques avec soin

Au Nouveau-Brunswick, c’est la saison du froid et de la grippe, ce qui signifie que bon nombre d’entre nous seront parfois mal en point au cours des semaines et des mois à venir.

En matière de gestion des symptômes du rhume et de la grippe, la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) et Choisir avec soin Nouveau-Brunswick (CSNB) tiennent à rappeler aux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises que les antibiotiques ne sont tout simplement pas efficaces pour les enrayer.

Les rhumes, la toux, les maux de gorge et les maladies grippales sont causés par des virus. Les antibiotiques ne combattent pas les infections virales.

Cela peut sembler démodé, mais la meilleure façon de traiter la plupart des rhumes, toux ou maux de gorge est de boire beaucoup et de se reposer. Il n’y a pas de solution miracle; la plupart de ces maladies disparaîtront sans antibiotiques en deux ou trois semaines.

Pourtant, malgré ce que nous savons des antibiotiques, nous continuons de voir des manchettes concernant la propagation de la résistance aux antimicrobiens. La semaine dernière, une étude (Quand les antibiotiques échouent: le coût croissant de la résistance aux antimicrobiens au Canada) a été publiée par le Conseil des académies canadiennes, qui estime que le pourcentage d’infections bactériennes résistantes aux traitements passera probablement de 26% en 2018 à 40% d’ici 2050.

Cette augmentation devrait coûter au Canada 396 000 vies, 120 milliards de dollars en frais hospitaliers et 388 milliards de dollars en produit intérieur brut au cours des trois prochaines décennies.

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques (du 18 au 24 novembre) qui a pour but de «mieux faire connaître le phénomène mondial de la résistance aux antibiotiques et d’encourager le grand public, le personnel de la santé et les décideurs à adopter les meilleures pratiques afin d’éviter l’apparition d’une résistance aux antibiotiques et que celle-ci ne continue à se propager.»

Comme le souligne l’OMS, les antibiotiques ont servi de pierre angulaire de la médecine moderne. Cependant, comme beaucoup de ressources importantes, la surconsommation et le mauvais usage des antibiotiques ont favorisé la résistance aux antibiotiques, qui se produit lorsque des microbes, comme les bactéries, deviennent résistants aux médicaments utilisés pour les traiter.

Bref, en abusant des antibiotiques ou en les utilisant à mauvais escient, nous augmentons la probabilité que les bactéries, les virus et les champignons évoluent au point où les antibiotiques seront inutiles.

On estime que les ordonnances inappropriées d’antibiotiques représentent plus de 30% de toutes les ordonnances au Canada et 50% des ordonnances pour infections respiratoires. Partout au pays, un nombre croissant d’infections ne répondent pas aux antibiotiques, notamment la tuberculose, la gonorrhée et les infections des voies urinaires.

Actuellement, le problème coûte au système national de santé 1,4 milliard de dollars par an et, d’ici 2050, ce chiffre devrait atteindre 7,6 milliards de dollars.

Le rapport du Conseil des académies canadiennes – rédigé à la demande de l’Agence de la santé publique du Canada – montre également que sur 250 000 infections résistantes survenues au Canada en 2018,14 000 personnes sont mortes. Elle estime que jusqu’à 40% de ces décès n’auraient pas eu lieu si l’infection avait été sensible aux antimicrobiens de première ligne.

L’Agence de la santé publique du Canada dit que la meilleure façon de combattre la résistance aux antimicrobiens est de rester en bonne santé dès le départ. Cela signifie qu’il faut maintenir une bonne hygiène, y compris le lavage fréquent des mains, en utilisant du savon ou du désinfectant pour les mains pendant au moins 20 secondes.

La SMNB et CSNB se sont associées pour appuyer des changements en vue d’une utilisation plus appropriée des antibiotiques afin d’aider à préserver cette importante ressource pour notre avenir au N.-B.

Nous participons au Mois de la sensibilisation aux antibiotiques par le biais d’une campagne dans les médias sociaux visant à informer les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises des dangers de la surconsommation et du mauvais usage des antibiotiques. Nous voulons encourager les patients et les fournisseurs de soins de santé à discuter de l’utilisation appropriée des antibiotiques et fournir aux fournisseurs de soins de santé de nouveaux outils et lignes directrices de pratique pour appuyer la prescription optimale.

La communication est la clé. Nous avons tous un rôle à jouer et nous vous invitons à participer en faisant des choix judicieux, en diffusant ces messages importants et en parlant à votre médecin ou à votre professionnel de la santé.

Dr Chris Goodyear
Chirurgien général à Fredericton
Président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick