Les provinces maritimes devraient commencer à parler de séparation

Un pays, c’est quoi exactement?

Selon Justin Trudeau, c’est réparti comme ceci:

  • Terre-Neuve et Labrador: 1 ministre
  • Île-du-Prince-Édouard: 1 ministre
  • Nouvelle-Écosse: 1 ministre
  • Nouveau-Brunswick: 1 ministre
  • Québec: 10 ministres
  • Ontario: 17 ministres (et l’APÉCA dirigée à partir de l’Ontario)
  • Manitoba: 1 ministre
  • Colombie-Britannique: 4 ministres

Ma conclusion, les électeurs néo-brunswickois n’existent pas sur le radar de Justin Trudeau. Pourtant les Acadiens sont de fervents rouges depuis le début des temps.

Est-ce que cette manière de voter a rapporté bien des changements en Acadie, depuis 50 ans, pour l’avenir de nos jeunes et le développement de projets d’envergure économique? Vous savez la réponse à ces questions.

En regardant la répartition des ministères, on peut conclure que le Canada c’est le Québec et l’Ontario, avec un dauphin dans les coulisses: la Colombie-Britannique.

Il est peut-être temps de repenser comment notre province pourrait devenir plus importante aux yeux «du privilégié» assis sur le trône d’Ottawa.

Pourquoi ne pas parler de séparation, c’est un sujet intéressant!

Par séparation, j’entends ici la division en régions autogouvernées, toujours dans le contexte du Canada.

Une sorte de remaniement régional pour démontrer comment on gouverne dans l’ère moderne.

Ceci résoudrait bien des choses, car seule une région sait quels sont ses problèmes et comment les résoudre.

Oui, définitivement, les provinces maritimes devraient parler de séparation, comme le Québec et l’Ouest.

Alors Ottawa deviendrait le dépositoire de seulement quelques agences relatives aux services communs, comme les transports, la sécurité nationale, la justice… C’est tout!

Le reste serait alors le domaine de la région autonome. Le problème du commerce entre ces régions se résoudrait très rapidement dans ce contexte.

Imaginez l’immense économie d’argent tiré des taxes.

Finis les millions à droite et à gauche pour se faire réélire.

Fini l’oubli d’une province au profit d’une autre!

Ô Canada, terre des régions autonomes!

Marie-Paule Martin
Shediac