Carolle Arsenault mérite nos hommages

Si Mme Arsenault a remporté le Prix France-Acadie 2019, c’est que les membres du jury ont dû reconnaitre en elle un talent excep-tionnel et particulier comme ce fut le cas pour chaque autre récipiendaire depuis 1979.

Dès la première et jusqu’à la 300e page, le premier roman de Carolle Arsenault, Un Protestant dans le salon, a constamment maintenu mon attention. Tout au long du livre, j’avais l’impression de lire du Flaubert, du Balzac et d’autres grands romanciers de différentes époques qui continuent toujours à nourrir et charmer nos esprits.

L’épreuve tragique que vit surtout Gabrielle, l’héroïne du roman, est probablement fictive. Le tout se déroule au début des années 1960, à Sainte-Marie-de-Kent, l’un des plus beaux villages de notre province.

Pour un certain temps, la vie d’une famille est unie, tranquille, mais un événement majeur d’un soir la transforme en désespoir.

Dans ce livre, le style est très vivant et riche en vocabulaire. Vraiment, se procurer et lire cet excellent livre constituerait un magnifique cadeau et encouragerait sans doute son auteure à continuer.

Peut-être aussi que si le public achetait davantage les livres de nos auteurs, cela les encouragerait plus à continuer ou encore susciterait l’envie des autres qui n’osent pas encore se lancer dans l’écriture.

Félicitations aux Éditons de la Francophonie d’avoir cru aux talents de cette enseignante à la retraite du comté de Kent.

Alcide F.LeBlanc
Moncton