Assurer la stabilité de la main-d’œuvre dans les régions rurales et éloignées

L’abolition des numéros de pratique au Nouveau-Brunswick a soulevé des inquiétudes légitimes dans les régions rurales et éloignées. Il était rassurant pour eux d’avoir ces numéros en main pour des recrutements futurs. Pour le gouvernement, c’était une manière d’exercer un contrôle des fonds publics. Après plusieurs années, on a enfin réalisé que cette gestion, même si bien intentionnée, ne donnait pas les résultats escomptés.

Une multitude d’études ont démontré que plusieurs facteurs sont en jeux pour stabiliser la main-d’œuvre dans les régions rurales et éloignées. Malheureusement, jusqu’à date, les facteurs de succès dans une stratégie globale n’ont pas été mis en place. Je vous présente, en résumé, une démarche globale qui, à mon avis, a de grandes chances de réussite.

Cette démarche comprend trois axes stratégiques majeurs: planifier, recruter et retenir. Chacun de ces axes doit incorporer des conditions pour réussir. D’abord il faut reconnaitre les problèmes, les expliquer de façon claire et les diffuser publiquement de façon répétitive; mobiliser les habitants des régions pour qu’ils s’approprient cette démarche; assurer des investissements adéquats pour supporter ces démarches; s’assurer de refaire un cycle annuel des activités proposées pour ajuster les démarches si nécessaire et finalement se doter d’un mécanisme de surveillance et d’évaluation des résultats.

La planification comprend trois domaines d’action. D’abord, il faut établir les besoins du milieu. Cette démarche est importante, car elle doit à la fois prendre en considération les besoins populationnels, mais aussi les besoins et les réalités locales. La démarche se veut flexible et adaptée aux besoins du milieu. Les besoins doivent être définis conjointement avec le gouvernement provincial, le Conseil de la santé – qui possède la capacité d’analyse des besoins – les régies régionales de la santé et la communauté. Par la suite, il faut aligner le modèle de service sur les besoins de la population et établir le profil des recrues ciblées selon les services à livrer.

Le recrutement est une stratégie qui englobe trois démarches. D’abord, il faut mettre l’accent sur le partage de l’information. Tous les partenaires doivent connaître, partager et s’entendre sur les mêmes informations. Deuxièmement, les communautés doivent être engagées dans l’ensemble de la stratégie. Elles doivent s’approprier une partie importante de la démarche. Troisièmement, il faut offrir un appui aux familles/conjoints afin de s’assurer que l’entourage immédiat du professionnel soit adéquat.

Une fois les professionnels recrutés, il faut miser sur un bon plan de rétention. Trois démarches sont proposées. D’abord, il s’agit d’appuyer la cohésion des équipes. Les jeunes professionnels cherchent à travailler en équipe et ont besoin d’un appui local, mais aussi de l’aide de leurs collègues dans les milieux urbains. Deuxièmement, ils doivent être capables de s’absenter afin de poursuivre leur perfectionnement professionnel sans subir une surcharge de travail à leur retour grâce à un système de remplacement efficace. La troisième démarche est d’axer la formation des futurs médecins selon les besoins et offrir de la formation dans la communauté. Le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick et Dalhousie Medicine New Brunswick forment des médecins qui proviennent des régions rurales et urbaines de la province. Ils offrent une formation de haute qualité et s’assurent d’exposer les étudiants aux différentes régions rurales de la province. Il est bien démontré que plus on forme un jeune médecin près de sa communauté, plus il aura tendance à y retourner pour offrir ses services. À cet égard, nos centres de formation médicale doivent continuer à développer leur formation en communauté. Les résultats sont éloquents pour ce qui a trait au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, que je connais mieux.

Cette stratégie, intitulée «Making it Work: Framework for Remote Rural Workforce Stability», a été développée par un groupe international formé d’universitaires, de professionnels et d’administrateurs. Sept années de collaboration pour identifier les stratégies essentielles pour assurer des services de santé de qualité dans les régions rurales et éloignées.

La mise en œuvre d’une stratégie globale est nécessaire pour assurer la stabilité de la main-d’œuvre dans les régions rurales et éloignées du Nouveau-Brunswick. Beaucoup de partenaires doivent travailler étroitement à ce projet et les communautés ont un rôle important à jouer. Une telle stratégie pourrait faire partie d’un consortium international qui permettrait de trouver ensemble des solutions à des problématiques complexes.

Aurel Schofield, C.M.,CCMF, FCMF
Chef de projet Franco Doc II
Association des facultés de médecine du Canada