Décidément, 2020 s’annonce déjà assez sombre merci!

L’année 2020 ne vient que de commencer et déjà des nouvelles pour ainsi dire catastrophiques nous sont annoncées, comme si un peu de paix et d’harmonie étaient un peu trop demandées, à l’ère de cette nouvelle décennie.

Je veux parler ici en premier lieu de cette guerre qui semble se dessiner entre (surprise!) les États-Unis et l’Iran. Et ça ne date pas d’hier.

M. Trump à son arrivée au pouvoir, en 2016, n’avait pas perdu de temps pour dénoncer farouchement l’accord international sur le programme nucléaire iranien.

En 2018, en effet, les États-Unis quittent cet accord et remettent un embargo économique et du même coup menace les pays qui ne respecteraient pas l’embargo en vigueur. L’été dernier, un pétrolier japonais a été attaqué dans le golfe Persique et M. Trump a tout de suite attribué le blâme à l’Iran qui, peu de temps après, s’en est pris à un drone américain. Il n’en fallait pas plus pour que le président américain menace de sévir sur des sites militaires en Iran.

Voilà un prélude à ce qui s’annonce désormais plus sérieux avec l’attaque du 1er janvier par des Irakiens pro-Iran sur l’ambassade américaine à Bagdad. Et comme il fallait s’y attendre, les États-Unis ont répliqué en tuant un dirigeant du régime iranien. Stratégie calculée ou simple coïncidence?

On connaît maintenant la suite: ces dirigeants islamistes réclament une vengeance sans merci envers le peuple américain (ce n’est pas la première fois) ainsi qu’envers tous leurs alliés. Et pour couronner le tout, M. Trump a annoncé que si la République islamique mettait ses menaces à exécution, il attaquera une cinquantaine de sites iraniens. Et on se renvoie la balle.

Décidément, 2020 s’annonce déjà sombre assez merci. Et maintenant, l’apocalypse qui perdure déjà depuis plusieurs semaines en Australie: plus d’un demi-milliard d’animaux ont péri dans les brasiers, des forêts et des propriétés décimées, des gens désespérés qui ne savent plus quel saint implorer pour de la pluie. Des records de chaleurs ont été établis et personne n’avait prévu un tel scénario. Et il n’y pas si longtemps, c’était l’Amazonie qui était en proie à un désastre semblable. Les changements climatiques sont pointés du doigt et personnellement j’abonde dans le même sens. Ça fait depuis fort longtemps que l’on nous dit que les océans se réchauffent, l’Arctique voit ses glaces fondre à vue d’œil, gaz à effet de serre, couche d’ozone affectée par tous les polluants inimaginables que nous utilisons sans aucun respect pour l’environnement, déchets vidés dans les océans, affectant directement l’écosystème sous-marin, etc., et après on a l’audace de ridiculiser les David Suzuki et Greta Thunberg de ce monde?

La planète se meurt à petit feu, littéralement! Prenons nos responsabilités avant qu’il ne soit trop tard. À moins que les derniers déboires du président Trump et du chef iranien, sans oublier les menaces constantes du désaxé de la Corée du Nord, ne fassent place à une Troisième Guerre mondiale, comme semblent le laisser présager les médias sociaux, toujours en quête de sensationnalisme. Espérons que ce ne sera pas le cas.

Bonne année quand même!

Sylvette Basque
Néguac