Votre allégeance politique est-elle plus forte que vos convictions acadiennes?

J’ai été énormément bouleversé par le questionnement de monsieur Hermel Vienneau, dans sa chronique du 12 janvier dernier. Quarante-cinq ans après la fondation de l’hôpital Dumont, il questionne la raison d’être de deux hôpitaux à Moncton.

Il était pourtant l’un des 120 signataires du manifeste du 5 novembre 2012: À propos de la controverse récente sur les coûts du bilinguisme.

Comme le disait si bien ce document, nos droits linguistiques et l’accès à nos institutions sont garantis par la constitution canadienne.

Finissons-en, l’hôpital Georges-Dumont EST là pour des raisons LINGUISTIQUES et parce que la communauté francophone a droit à ses propres institutions de santé.

Comme votre chronique l’exprimait, le dédoublement des services que les adeptes de l’anti-bilinguisme considèrent comme trop coûteux est en fait une réalité qui existe principalement dans le Réseau Horizon.

Voici trois exemples: trois services de laboratoire cardiaque pour Horizon et zéro chez Vitalité; trois unités néonatales tertiaires pour Horizon et zéro chez Vitalité; deux centres de traumatologie pour Horizon et zéro chez Vitalité.

Donc, aucune amélioration significative depuis votre document de 2012. Vous aviez alors dit que les francophones étaient les boucs émissaires de la situation économique. Avez-vous changé d’opinion ou votre allégeance politique est-elle plus forte que vos convictions acadiennes?

Pour la centralisation des laboratoires, encore une fois, on frappe sur les plus faibles. La situation s’est-elle réellement détériorée récemment? A-t-on augmenté les ouvertures pour la formation de nouveaux techniciens? Finalement, la population est-elle au courant du fiasco de cette centralisation des laboratoires au Québec?

M. Vienneau semble banaliser les distances que doivent parcourir les gens de Saint-Quentin ou de Lamèque par exemple, pour des services très primaires.

William La Plante
Médecin retraité
Moncton