Les deux premières années d’université devraient être gratuites!

Étant donné que la première université francophone de l’Ontario a fait la manchette de ce journal, j’ai pensé écrire sur ce sujet.

Je crois sincèrement que les deux premières années d’université devraient être gratuites. C’est habituellement après deux années que les étudiants vont décider s’ils continuent ou s’ils arrêtent.

Nous vivons dans une société où le gouvernement fédéral veut de plus en plus contrôler et il devient de plus en plus important que les jeunes soient éduqués.

Le droit à l’éducation est un des droits universels de l’Homme. C’est un droit essentiel pour tout être humain vivant dans une société. Vous allez me demander qui devrait payer? Eh bien oui, le gouvernement fédéral, mais où trouver l’argent?

Pour commencer, il devrait s’assurer de balancer le budget et cesser de verser des montants faramineux juste pour payer les intérêts.

Deuxièmementé il devrait cesser ou du moins faire plus attention aux subventions de millions $, sinon de milliards $, qu’ils octroient aux grosses compagnies et aux multinationales qui, à leur tour, se servent d’ex-politiciens de haut niveau pour faire leur lobbying.

Selon statistiques Canada, le coût annuel d’une année universitaire varie de 20 000$ à 30 000$.

L’oléoduc Trans Mountain, dont la Cour fédérale d’appel vient d’approuver l’expansion, rapportera des sommes énormes au gouvernement fédéral. En plus, selon l’émission 24/60 de RDI du 4 février, ce même gouvernement pourrait approuver, d’ici deux mois, le projet Frontier situé entre Fort McMurray et Fort Chipewyan dans le nord-est de l’Alberta.

Ce projet va créer 7000 emplois pendant la construction et 2500 emplois permanents pendant la production, et ce, pour les 40 prochaines années. On prévoit plus de 70 milliards $ en revenus pour les gouvernements. Donc, l’argent est là et c’est maintenant qu’il faut faire pression pour obtenir l’université gratuite. Et il n’y a jamais meilleur temps de le faire que lorsque le gouvernement est minoritaire.

Leo Cormier
North Tetagouche