Protégeons nos hôpitaux

Les coupures dans les soins de santé imposées par le gouvernement Higgs doivent être annulées.

Le chef libéral Kevin Vickers et moi-même avons participé à des rassemblements au Sackville Memorial Hospital et j’ai assisté à plusieurs réunions à Sackville ces dernières semaines pour discuter de ces coupures.

Comme nous le savons, la majeure partie de l’attention du public s’est concentrée sur la fermeture des salles d’urgence pendant la nuit dans six hôpitaux, dont celui de Sackville. Mais les changements vont plus loin et les effets se feront sentir non seulement dans les communautés où ces hôpitaux sont situés. Des lits de soins de courte durée sont supprimés, des services chirurgicaux sont supprimés, des infirmières et infirmiers sont licenciés. Et ce n’est là qu’une petite partie de ce que M. Higgs appelle la première phase d’un plan qu’il ne partagera pas avec nous.

Tout l’exercice a été un désastre pour le gouvernement Higgs, un exemple clair de ce qu’il ne faut pas faire en matière de gouvernance.

L’hôpital de Sackville ne se trouve pas dans la circonscription que je représente, mais de nombreuses personnes qui vivent dans ma circonscription et qui viennent de communautés telles que Cap-Pelé, Shediac et Beaubassin Est dépendent de l’hôpital pour les urgences et les soins de courte durée. De même, les gens de collectivités comme Memramcook choisissent Sackville plutôt que les hôpitaux de Moncton dont les urgences sont pleines à craquer.

La fermeture des urgences et l’élimination des soins actifs dans ces petits hôpitaux ne feront qu’aggraver la situation dans les grands hôpitaux des villes comme Moncton, Fredericton et Saint John.

Le premier ministre Higgs a temporairement interrompu sa réforme des soins de santé en raison des protestations de la population, mais il n’a pas renoncé à son projet.

Les Néo-Brunswickois ont perdu confiance en Blaine Higgs, en particulier lorsqu’il s’agit de maintenir les services de santé.

Et ce n’est que la première phase de son plan. Si vous pensez que les habitants de communautés comme Sackville ont été pris au dépourvu, attendez que la prochaine phase de la réforme commence à réduire les services dans nos grands centres.

Le prochain budget, le 10 mars, ne mentionnera pas de nouvelles réductions des soins de santé. S’il y a de mauvaises nouvelles dans le budget, le gouvernement ne vous en parlera pas.

Après le dépôt du dernier budget, nous avons interrogé le gouvernement à maintes reprises sur les éventuelles réductions des soins de santé dans des communautés comme Sackville et il a nié avec véhémence toute réduction des services dans les hôpitaux ruraux. Nous savons tous ce qui s’est passé.

Si le gouvernement n’est pas défait, le Sackville Memorial Hospital perdra ses lits de soins actifs, sa salle d’opération de jour et ses services d’urgence de nuit, et des coupures beaucoup plus importantes qui pourraient toucher tous les hôpitaux du Nouveau-Brunswick.

Le Parti libéral sait que des réformes sont nécessaires dans le domaine des soins de santé, mais on ne peut pas commencer par retirer des services à certains habitants du Nouveau-Brunswick.

Nous pensons que la volte-face soudaine de Blaine Higgs qui prétend vouloir consulter les Néo-Brunswickois n’est rien d’autre qu’une promesse vide de sens.

Si les députés ne prennent pas position lors de la prochaine législature, qu’ils soient rouges, verts, violets ou bleus, Blaine Higgs poursuivra son programme secret de réduction des soins de santé dans toutes les communautés.

Pour ma part, je soutiendrai les citoyens et citoyennes que je représente et qui me disent qu’ils ne pensent pas que l’on puisse faire confiance à Blaine Higgs pour leurs services de santé.

Jacques LeBlanc
Député de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé