Elle est où la résolution?

Le 17 février dernier, le directeur général du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, affirmait que la résolution votée par le Conseil d’administration appuyant le Plan d’action des régies annoncé le 11 février dernier avait été votée lors d’une réunion à huis clos en décembre 2019 et qu’elle n’était pas disponible. La présidente du CA, Michelyne Paulin, le confirmait par la suite aux membres du Comité des comptes publics.

Dans un message au personnel du réseau le 2 mars, Michelyne Paulin reconfirmait l’adoption de cette résolution lors de la rencontre de décembre. Elle écrit «la résolution a été adoptée, puis acheminée en bonne et due forme au ministre de la Santé».

La résolution adoptée lors du huis clos doit être ratifiée lors du prochain huis clos par l’adoption du procès-verbal à huis clos. Si nous croyons les deux dirigeants, le procès-verbal de décembre n’avait pas été ratifié le 17 février. Mais quand a-t-il été ratifié puisqu’il n’y a pas eu de réunion du CA depuis le 17 février dernier? La présidente a annoncé une réunion pour le 13 mars.

La Loi précise que le procès-verbal doit être sur le bureau du ministre sept jours après l’adoption de cedit procès-verbal. Comment la présidente peut-elle affirmer que la résolution en bonne et due forme a été envoyée puisque le procès-verbal de ladite réunion n’a pas été adopté?

Si le ministre a effectivement reçu une résolution provenant de la réunion à huis clos, il se doit de la publier, mais il doit surtout se questionner sur le statut de celle-ci.

Nous devons connaître la vérité. Quel est le texte adopté lors de cette rencontre à huis clos qui a permis à ces deux dirigeants d’affirmer que le CA savait que trois urgences du réseau seraient fermées durant la nuit (de 22h à 8h)?

Jacques Verge
Dieppe