Un critère de décision

Beaucoup d’étudiants à la fin de l’année scolaire se posent des questions sur leur orientation. J’ai pensé utile de communiquer ceci.

Michel Bastarache, ancien membre de la Cour suprême du Canada, dans son livre intitulé Ce que je voudrais dire à mes enfants, au début du chapitre 3, raconte ses hésitations sur son propre avenir au début de la vingtaine. Très talentueux, l’éventail des choix possibles était pour lui très grand. Il raconte une conversation avec son père qui lui demande ce qu’il veut vraiment faire de sa vie.

Question centrale en effet. M. Bastarache écrit qu’il n’aurait pas pu dire «je veux un bon salaire et vivre confortablement sans trop d’effort». Ce n’aurait pas été acceptable et il dit qu’il est d’accord avec son père sur ce sujet.

Avant de se demander quelle profession il devait choisir, il lui fallait répondre à la question «Pourquoi suis-je sur la terre? Quelle est ma mission?»

C’est seulement après qu’il eut répondu à cette question qu’il put se décider de son orientation. Il voulait accomplir quelque chose qui a une valeur profonde pour la société. Avec toute son expérience et ses études, l’étude du droit était accessible et lui sembla être le bon choix.

Je pense que beaucoup de jeunes talentueux qui s’interrogent sur leur futur n’ont pas toujours la chance d’avoir ainsi un père éclairé ou un éducateur qui sachent leur poser cette question «Que veux-tu accomplir?» qui est vraiment un sinon le critère de décision après qu’on a exclu les choix impossibles.

Évidemment, je dis ici une évidence, mais il faut parfois rappeler l’évidence. D’abord choisir où on veut aller et ensuite choisir le chemin.

Daniel Beaudry
Moncton