Prenons soin de ceux qui prennent soin de nous

Bernadette Landry
Moncton

À tous ceux et celles qui travaillent dans les soins de santé par les temps qui courent, merci!

Vous êtes déjà nos héros et nos héroïnes depuis longtemps, car nous savons que vous travaillez très fort, parfois jusqu’à l’épuisement pour prendre soin de nous lorsque nous n’allons pas bien. Votre dévouement est impressionnant et mérite toute notre reconnaissance.

Nous le savons, chaque nouveau cas de coranovirus qu’on annonce augmente votre niveau de stress. Chaque fois, vous vous demandez combien de personnes ce patient a pu contaminer avant d’être diagnostiqué, si les chiffres ne vont pas exploser ici comme en Europe ou aux États-Unis, ou si un voyageur insouciant ne va pas contaminer d’autres personnes, y compris des membres du personnel soignant.

Nous ne pouvons pas vous aider à accomplir vos tâches, mais nous pouvons faire notre possible pour ne pas ajouter à votre charge de travail en prenant soin de nous-mêmes le mieux possible.

La seule chose que nous pouvons faire pour vous aider à lutter contre le coranovirus, c’est de rester chez nous le plus possible, sortir seulement pour aller faire une marche ou acheter de la nourriture ou des médicaments. C’est le temps de se serrer les coudes, pas les mains.

Nous ne pouvons pas vous applaudir comme le font les Européens lorsque vous rentrez travailler, mais nous pouvons vous exprimer publiquement toute notre reconnaissance. Merci aux employés de la Santé publique, qui mettent les bouchées doubles ces jours-ci, merci aux médecins, aux infirmières et infirmiers, aux préposés, aux concierges, à tous ceux qui font en sorte qu’on puisse recevoir des soins quand on en a besoin. Dans moments comme ça, on vous apprécie plus que jamais. Dans des moments comme ça, on se trouve chanceux de vivre ici.