L’importance de la contribution des travailleuses à la société

Personnel préposé aux soins. Caissières. Travailleuses de l’alimentation. Éducatrices de la petite enfance. Femmes de chambre…

Ce sont quelques-unes des travailleuses trop souvent oubliées, mais sur lesquelles nous dépendons lourdement en pleine crise de la COVID-19. Elles occupent des emplois à prédominance féminine et leur expérience de la pandémie est marquée par les inégalités de genre.

Elles ont toujours été indispensables. Elles n’ont jamais été peu qualifiées, mais systématiquement sous-payées et sous-valorisées. Cette crise met en lumière l’importance de la contribution de ces travailleuses à la société – et leur vulnérabilité.

Alors que pouvons-nous faire pour nous assurer que notre économie accorde une plus grande valeur à leur travail?

Nous devons veiller à ce qu’elles obtiennent l’équité salariale – un salaire égal pour un travail de valeur égale. Leur salaire devrait être équivalent à celui des travailleurs occupant des emplois à prédominance masculine de valeur comparable, en fonction des compétences, des efforts, des responsabilités et des conditions de travail requises.

Elles devraient aussi avoir accès à des congés de maladie payés.

Nous exhortons nos élus: appuyez une loi sur l’équité salariale pour le secteur privé afin que cette main-d’œuvre à prédominance féminine soit payée à sa juste valeur et améliorez les normes d’emploi en ajoutant des congés de maladie payés.

Prenons soin de cette importante main-d’œuvre comme elle prend soin de nous tout au long de cette crise.

Johanne Perron
Directrice générale
Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick