La COVID-19 n’est pas l’unique cause des décès

Jusqu’à présent et pour d’excellentes raisons, le Nouveau-Brunswick, le Canada et le monde entier ont accordé une très grande importance à la COVID-19 parce que ce maudit virus invisible provoque chaque jour de milliers de décès, cause de terribles souffrances humaines, de la solitude surtout quand vient le temps de séjourner à l’hôpital, dans les foyers ou de quitter la vie terrestre.

Ce n’est pas tout. Que de misères et de terribles difficultés financières sont provoquées, non seulement au niveau gouvernemental mais également sur le plan individuel, familial, industriel, commercial et autres.

Le mystère reste entier. Personne ne peut prédire avec exactitude combien de vies humaines seront perdues, ni quand le virus sera vaincu.

Malgré tous les ravages causés par la COVID-19, on a pu constater chez un très grand nombre de personnes un très haut niveau d’engagement social comme chez toutes celles qui s’occupent de la santé et de la vie, des dirigeants publics qui n’ont jamais été aussi vaillants et généreux, les artistes, l’imagination créatrice et les millions.

En d’autres mots, ce virus nous enseigne combien la population accorde une immense importance à la santé et à la vie.
Abordons une autre réalité, peu différente de la COVID-19, car elle participe elle aussi à ruiner la santé et à tuer des vies. Évidemment, il s’agit de la cigarette, mais peu de personnes en parlent.

Au Nouveau-Brunswick, en moyenne, quotidiennement, plus de trois personnes meurent en raison des maladies liées au tabagisme, soit plus de 100 par mois ou encore plus de 1200 par année. Il faut inclure dans ce nombre les décès causés par la fumée secondaire.

Dans notre beau pays avec une population estimée à 37,7 millions de personnes, toujours pour les mêmes raisons, chaque année, environ 45 000 Canadiens perdent leurs vies. Sur une base annuelle, au Canada, les coûts dépassent les seize milliards de dollars.

Aux États-Unis d’Amérique, dont la population est estimée à 330 millions d’habitants, il y a chaque année
480 000 décès.

Qui remportera la victoire quant au nombre de décès causés par le virus ou par la cigarette? Reste à voir!

Ai-je dit quelque part que la fumée secondaire tue également? Pourquoi les fumeurs se permettent-ils encore de fumer en présence d’enfants, de non-fumeurs ou de jeter par terre des milliards de mégots chaque semaine et ainsi polluer notre terre?

Donc, nos préoccupations doivent se concentrer sur deux fronts, à savoir la COVID-19 et la cigarette car les deux sont mortels et très coûteux.

Alcide F. LeBlanc
Moncton