Notre Service de bibliothèques risque de régresser

Charles H. Ramsey
Vice-président, Commission fiduciaire du patrimoine de Bathurst
Ancien président de la Fondation des bibliothèques publiques du N.-B.
Bathurst

Monsieur le premier ministre Blaine Higgs, en ma double qualité de représentant de l’Association des commissaires de bibliothèques du Nouveau-Brunswick et président de la commission de la Bibliothèque publique de Bathurst, je souhaite formuler mes reproches suivant la récente nomination du bibliothécaire provincial et directeur général du Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick.

Cette personne n’est pas titulaire de la maîtrise en bibliothéconomie ou en science de l’information (MBSI), et elle ne possède pas non plus la formation ni l’expérience en gestion de bibliothèque qu’exige le poste.

Veuillez croire, monsieur, que ma voix représente tous les sérieux usagers des bibliothèques et les bénévoles soucieux de sa qualité. Je fais partie d’un regroupement de quelque 600 commissaires bénévoles; nous représentons les deux communautés linguistiques et agissons comme intermédiaires pour ce qui concerne les conseils à la communauté et l’appui aux 64 bibliothèques réparties dans les cinq régions de la province. Nos membres, issus de tous les horizons, souhaitent ardemment que soit maintenu l’excellent Service des bibliothèques publiques, et qu’il soit enrichi au profit de toute la population. En plus de compter parmi les plus de deux cents mille utilisateurs actifs chaque année, je demeure un indéfectible ami des bibliothèques.

De récentes études soulignent l’appui grandissant envers le Service des bibliothèques du Nouveau-Brunswick. Cela se manifeste par l’augmentation du nombre d’abonnés, du nombre de prêts de livres, et de la participation accrue aux services éducatifs et d’information. Pourtant, il reste des défis à surmonter.

D’autres études menées en parallèle indiquent qu’aux examens nationaux, nos écoliers continuent d’obtenir des résultats inférieurs aux attentes en littératie et en numératie. En même temps, le taux de pauvreté infantile demeure un problème. À cela s’ajoutent les besoins de la diversité multiculturelle auxquels la bibliothèque doit toujours répondre.

La recherche en éducation confirme qu’il existe un lien entre les familles en situation de pauvreté et le rendement scolaire. Souvent, il en résulte chez ces enfants des habiletés en lecture et en mathématiques inférieures à la moyenne.

Plus inquiétant encore, ils manquent d’habiletés pour commencer l’école. Parmi l’ensemble des services gouvernementaux offerts à la collectivité, le Service des bibliothèques publiques n’est pas seul à veiller au bien-être et à la qualité de vie des gens. Avec d’autres entités pédagogiques et sociales, le Service fournit d’importants outils de croissance personnelle aux adultes et aux enfants. La vaste gamme de services et de ressources des bibliothèques offre des outils éducatifs, de loisirs, d’analyse et d’apprentissage. En effet, dans notre province, le Service des bibliothèques est l’un des importants vecteurs de croissance personnelle et de développement économique. La bibliothèque offre à la collectivité l’occasion de grandir et de prospérer.

Notre Service de bibliothèques requiert à sa tête une personne solide. Cependant, il risque de régresser sous la gouverne d’une personne sans expérience, sans diplômes essentiels et sans vue d’ensemble. La personne qui possède ces trois conditions préalables – renforcées par la passion, la connaissance, l’engagement et surtout la vision – sera en mesure de comprendre les multiples façons dont le Service peut soutenir la croissance et l’enrichissement des utilisateurs. Cela représente un énorme défi, et nous sommes nombreux à croire que la personne nommée à ce poste est loin de posséder les attributs les plus importants.

Monsieur, ajoutant ma voix aux nombreuses autres, je demande que le gouvernement mène un examen indépendant et complet du processus d’embauche de cette personne. Je crois qu’un tel examen mènera à l’annulation de la nomination. De plus, je demande que le gouvernement nomme à ce poste une personne titulaire d’une MBSI, possédant la connaissance et l’expérience de la gestion des bibliothèques, capable de définir sa vision afin de relever les défis et optimiser les bienfaits du Service des bibliothèques pour la croissance personnelle, le bien-être économique et la qualité de vie de toute la collectivité du Nouveau-Brunswick!