Sincères félicitations aux finissants, aux parents et au personnel scolaire

En lisant attentivement l’Acadie Nouvelle du 20 mai dernier, comme bien d’autres sans doute, j’ai encore été très agréablement impressionné par le grand nombre de finissants et de finissantes de l’année académique 2019-2020.

En dépit de l’existence de la cruelle pandémie ayant bouleversé le déroulement normal des études au cours des derniers mois, le personnel scolaire a réussi, par son imagination et sa créativité, à jouer un tour à ce virus lequel croyait empêcher la tenue de cette riche tradition.

Bravo donc à cette courageuse jeunesse ayant persévéré jusqu’à la file d’arrivée ainsi qu’aux parents et au personnel l’ayant soutenue et appuyée pendant une douzaine d’années et peut-être même plus.

En parlant de cette jeunesse, pleine d’espoir et de courage, j’aimerais aborder un autre fait dont probablement plusieurs lectrices et lecteurs ne sont pas tout à fait au courant.

Lorsque notre premier ministre provincial a d’abord refusé la venue de travailleurs saisonniers étrangers pour donner l’habituel coup de main aux fermiers et au personnel des usines de homard, les dirigeants de ces entreprises, les agriculteurs et les pêcheurs de même que les membres de leurs familles étaient évidemment en panique et pour cause.

Il leur manquait du personnel essentiel. Or, plusieurs jeunes du niveau scolaire ont donc pris l’occasion en main et ont offert leurs services. Certains d’entre eux sont partis de Dieppe et de bien d’autres endroits de la province pour combler le besoin de main-d’œuvre jusqu’à Baie-Sainte-Anne et ailleurs.

Malgré le fait qu’il ait changé d’avis plus tard, notre premier ministre, par son refus initial, a favorisé la création d’emplois pour plusieurs jeunes qui n’auraient pas connu ce type de travail. Cette vaillante jeunesse a donc goûté à une nouvelle expérience de vie, a gagné un revenu et s’est mérité aussi une plus grande admiration sociale.

Alcide F. LeBlanc
Moncton