Vaccin 101

Qu’est-ce qu’un vaccin: c’est une préparation biologique qui stimule le système immunitaire selon le même principe que lorsqu’on attrape une infection. Notre corps reconnaît une partie du microbe ou le microbe affaibli et produit des anticorps. Puis, notre corps se rappelle comment combattre ce microbe pendant des années ou pendant toute la vie.

Les vaccins donnent une protection contre des maladies infectieuses menaçant la vie ou contre d’autres maladies indirectement telles que le cancer du col de l’utérus. On estime que les vaccins sauvent environ deux à trois millions de vies par année et évitent des conséquences permanentes et handicapantes suite à une de ces maladies.

Lorsqu’on se fait vacciner, on peut s’attendre à avoir de légers effets secondaires ou s’ils sont présents, ils sont la plupart du temps bénins. Concernant les réactions allergiques, on vérifie les allergies avant de vacciner.

La vaccination a plusieurs avantages.

Une personne vaccinée aura moins de symptômes et de complications que s’il n’avait pas été vacciné contre une certaine maladie.
En agissant en prévention, on évite les effets secondaires des médicaments et des traitements qui sont souvent longs et coûteux. Les vaccins diminuent les coûts globaux en soins de santé, donc plus d’argent pour soigner autre chose.

La vaccination diminue aussi le phénomène de résistance aux antibiotiques.

L’immunité de groupe permet de protéger ceux qui sont à risque d’infection ainsi que les nouveau-nés et les personnes âgées. Plus il y a de personnes vaccinées, plus l’immunité de groupe est efficace. Concernant les exemptions médicales aux vaccins, c’est à l’équipe médicale à prendre la décision. Par ailleurs, c’est aussi pour ceux qui ne peuvent pas recevoir de vaccin qu’on se fait vacciner. Lorsqu’on se vaccine, on se protège nous-mêmes et les autres.

Les vaccins augmentent l’espérance de vie. Ils ont permis de réduire la propagation de certaines maladies, et même d’en éradiquer d’autres (comme la variole). C’est vrai que la technologie, les connaissances médicales et les mesures d’hygiène ont contribué à la diminution des infections. Toutefois, ce qui a changé la donne, ce sont les vaccins. Bref, sans les vaccins, nous serions encore au Moyen Âge!

Vous ne me croyez pas? Comme on le vit présentement, les maladies traversent les frontières. Regardez tous les problèmes que l’on a depuis ces derniers mois avec la COVID-19 et comment ce serait différent si on avait aujourd’hui ce seul vaccin supplémentaire.
Plusieurs mythes entourent les vaccins. En voici quelques-uns.

«Les vaccins causent l’autisme.» C’est faux. Aucune recherche scientifique sérieuse ne le prouve. Le chercheur britannique qui prétendait ceci avait falsifié ses données dans un article scientifique; il a perdu son emploi et son article fut retiré.

«L’immunité naturelle est meilleure que la vaccination.» C’est faux. Un vaccin offre une protection contre une maladie sans avoir à la contracter, donc avec moins ou aucun symptôme et complication.

«Les vaccins contiennent des éléments toxiques.» C’est parfois vrai, mais il y a un «mais» puisqu’il faut tenir compte de la quantité de l’élément toxique. Aucun vaccin ne contient une dose assez élevée d’élément toxique pour que cela ait un effet négatif sur le corps, et ce, même si l’on a déjà reçu plusieurs autres vaccins. C’est comme penser que vous allez être saoul après avoir léché un fond de bière. Bonne chance!

La vaccination commence tôt dans la vie d’un individu, car il faut vacciner avant la période où la maladie frappe habituellement et aussi pour éviter les complications qui pourraient être pires à ce jeune âge-là. Par ailleurs, attendre une éclosion d’une maladie pour se faire vacciner pourrait être dangereux. Un vaccin peut prendre une ou deux semaines avant d’être efficace. La bonne nouvelle, c’est que s’il vous manque un vaccin, il est rarement trop tard pour se faire vacciner.

Il a été établi depuis des décennies que les avantages des vaccins dépassent largement les désavantages. Les conséquences de la non-vaccination sont si désastreuses qu’elles dépassent le risque individuel. Si on ne diminue pas la globalisation et la surpopulation, une autre pandémie fera surface un jour. Je vous invite donc à communiquer avec votre député afin qu’elle ou qu’il soutienne les lois favorisant la vaccination. En particulier ceux qui ont voté contre la loi 11.