La crise chez les aînés a assez duré

Depuis des années, les aînés sont blâmés pour les problèmes financiers de notre province. La vérité est que les gouvernements consécutifs sont entièrement responsables.

Les soins de longue durée (SLD) sont dans une crise qui dure depuis trop longtemps. Nous ne devrions pas avoir à supplier le gouvernement de veiller à ce que nos plus vulnérables soient correctement soignés. Beaucoup de choses ont été mises en place pendant la pandémie de la COVID-19 et le moment est maintenant venu de résoudre ces problèmes.

Ces questions devraient figurer parmi les priorités de notre gouvernement. Je pense qu’une élection est peut-être la seule entrée à l’ordre du jour en ce moment.

Le reportage de Radio-Canada, concernant la situation aux résidences Monseigneur Chiasson à Shippagan, est stupéfiant. Le manque de personnel adéquat crée à lui seul une situation catastrophique pour les résidents qui, comme cité dans l’article, ne reçoivent pas tous les soins auxquels ils ont droit.

Ce à quoi nos aînés sont confrontés est littéralement abusif. Pas de bains pendant deux semaines? Cela seul peut conduire à des infections qui pourraient ne pas être diagnostiquées. Ce sont des êtres humains vulnérables et cela me rend malade.

Les aînés ne devraient pas être au «fond du baril». Ils sont également confrontés à des visites limitées. Combien peuvent-ils encore endurer?

Les soins de longue durée doivent être reconnus pour ce qu’ils sont: la santé. Il est temps de déplacer les SLD vers notre ministère de la Santé.

Martha Thompson
Quispamsis