Non à la dictature de Blaine Higgs

Les manigances de Blaine Higgs pour imposer son pouvoir au gouvernement en faisant signer une entente de non-opposition aux partis d’opposition sont une manière de les museler face à toutes les décisions qu’il va prendre jusqu’en 2022. En d’autres mots, sans opposition, le gouvernement progressiste-conservateur deviendrait ni plus ni moins une dictature. Il faut refuser à tout prix une telle entente. Il y va de notre démocratie.

Pourquoi Blaine Higgs sent-il soudainement le besoin de faire signer une telle entente aux partis d’opposition? Quelle couleuvre veut-il nous faire avaler? Ça sent très mauvais, tout ça.

A-t-il simplement peur du résultat des élections partielles prévues au cours des prochains mois? Les chances sont qu’au lendemain des élections, rien n’aura changé à Fredericton.

Si jamais les libéraux prenaient le pouvoir, ils seraient eux aussi minoritaires et seraient, comme les progressistes-conservateurs, forcés de s’entendre avec les autres partis.

Blaine Higgs prétend avoir peur que si les libéraux gagnent, ils défassent tout ce que son gouvernement aura mis en place, mais c’est de la foutaise, puisque les libéraux étant minoritaires eux aussi, ils seraient incapables de faire quelque changement que ce soit sans que les autres partis ne les approuvent.

Non, si Blaine Higgs veut faire signer cette entente, c’est uniquement pour prendre tout le pouvoir et diriger en roi et maître sur la province comme un grand boss qui veut imposer ses décisions et ne plus avoir à tenir compte de son conseil d’administration.

Depuis le début de la pandémie, au mois de mars, le gouvernement a réussi à fonctionner sans une entente officielle de la part des autres chefs de parti.

Pourquoi cela ne serait-il pas le cas après les élections partielles? Que veut Blaine Higgs de plus? Il serait extrêmement dangereux de donner un chèque en blanc à n’importe quel chef du gouvernement, qu’il soit bleu, rouge ou vert.

Notre système démocratique repose sur le multipartisme et rien de devrait ébranler ce piliersde notre démocratie. Pas une pandémie, pas une crise économique, pas une troisième guerre mondiale, rien!

Bernadette Landry
Dieppe