Pourquoi dois-je continuer à lui faire confiance?

Depuis quelque temps, on entend des candidats francophones, qui seront candidats aux prochaines élections pour le parti de Blaine Higgs, nous dire qu’il faut élire un plus grand nombre de francophones conservateurs pour protéger les droits de la minorité, entre autres.

Ces personnes se disent capables de convaincre leur chef et leur gouvernement de l’importance du bilinguisme et de les inciter à faire respecter les droits linguistiques de la minorité acadienne et francophone.

En somme, ce message nous révèle que le parti de Higgs est insensible aux besoins de la communauté francophone et acadienne et, pour redresser le tir, nous sommes invités à leur faire confiance en votant pour eux aux prochaines élections.

Comment ces quelques candidates et candidats francophones pensent-ils s’y prendre pour amener leur chef à les écouter quand ce dernier est davantage préoccupé par une pratique comptable que par des mesures équitables envers les citoyennes et citoyens acadiens et francophones dont la plupart vivent dans les régions rurales?

Pourtant, M. Higgs n’a jamais caché ses intentions sur certains enjeux, dont celui de réduire les exigences linguistiques au sein de la fonction publique. Au cours de sa carrière politique, par ses positions anti-bilinguisme, M. Higgs nous a montré, que ces questions ne font pas partie de ses priorités, alors pourquoi devons-nous penser qu’à partir d’aujourd’hui, il changera ses idées avec l’arrivée de quelques députés francophones au sein de son équipe?

Je comprends que des personnes veulent croire qu’il est toujours possible de changer d’idées sur certaines choses et j’y crois aussi. Toutefois, lorsqu’une idéologie se manifeste à répétitions par un chef de parti qui demeure sourd et peu à l’écoute de sa population depuis longtemps, pourquoi dois-je continuer à lui faire confiance?

En effet, dans le passé, nous avons eu des gouvernements avec plusieurs députés acadiens et francophones qui se sont montrés plutôt timides à promouvoir les questions linguistiques toutefois, ce qui différencie le présent gouvernement de ceux du passé est son attitude et sa démarche d’exclusion d’une communauté acadienne et francophone vibrante qui contribue au développement économique, culturel et social de la province qu’il dirige.

Jeanne d’Arc Gaudet
Moncton