On a besoin d’élus capables de se tenir debout

Si Blaine Higgs remporte les élections provinciales, le 14 septembre prochain, tout en ayant cette fois des députés francophones faisant partie de son équipe, est-ce que ces derniers lui seront aveuglement soumis comme le sont les brebis républicaines au président américain?

On se rappelle du grand courage de Robert Gauvin, alors vice-premier ministre, qui s’est tenu debout devant son chef pour défendre les intérêts et les droits des électrices et des électeurs, tout en défendant le principe de la ruralité.

Depuis lors, il s’est converti à une autre formation politique pour joindre le parti libéral. C’est un homme qui m’inspire au plus haut point. En aurons-nous d’autres comme lui si le besoin se présente.

Comme on le sait déjà, les droits acquis des francophones du Nouveau-Brunswick sont constamment menacés par un parti politique appelé Alliance des gens du Nouveau-Brunswick dont l’objectif ultime est de les réduire ou même de les anéantir s’il le pouvait.

Je demande humblement aux électrices et aux électeurs acadiens, francophones et francophiles, comme à tous les autres, de bien réfléchir sur leur choix du 14 septembre 2020.

Nous ne devons nullement reculer sur le plan linguistique et culturel ni encore retourner à l’époque antérieure à celle des regrettés Louis J. Robichaud ou Richard Hatfield.

Alcide F. LeBlanc
Moncton