Une association qui ne comprend pas les besoins des infirmières francophones

Félicitations au «Groupe d’infirmières et d’infirmiers francophones du Nouveau-Brunswick».

Votre regroupement nous donne de l’espoir concernant les infirmières francophones diplômées de l’Université de Moncton.

Les infirmières francophones sont des victimes de discrimination de la part de l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, une association qui est anglophone.

Cette association ne comprend pas les besoins des infirmières francophones.

Fernande Cantin
Dieppe