Il faut s’appuyer sur des données scientifiques pour prendre des décisions

Nous sommes des Néo-Brunswickois ainsi que vos voisins. Nous sommes présents dans 89% de l’ensemble des collectivités du Nouveau-Brunswick et nous représentons directement plus de 30 000 emplois au Nouveau-Brunswick. Nous achetons des produits locaux pour un montant de plus d’un milliard de dollars par an. Nous continuons à persévérer malgré la COVID-19, en assurant la sécurité des uns et des autres, en fournissant des produits essentiels utilisés dans chaque foyer du Nouveau-Brunswick et en donnant à ceux qui sont dans le besoin en cette période de crise.

Nous représentons des générations de Néo-Brunswickois et un nombre croissant de nouveaux arrivants qui dépendent de l’agriculture et des forêts.

Nous sommes en première ligne de la relance économique, de la sécurité alimentaire et de la lutte contre le changement climatique grâce à une économie plus verte.

Et pourtant, nos moyens de subsistance et nos collectivités rurales sont menacés par des décisions politiques fondées uniquement sur la politique et non sur la science. Ce n’est pas juste.

La plupart des partis politiques du Nouveau-Brunswick ont désormais adopté la position selon laquelle l’herbicide glyphosate devrait être interdit sur les terres de la Couronne. Sur le terrain, de nombreux candidats confirment que ceci ne constitue qu’une première étape. Cette position ne repose sur aucun fait ni aucune donnée scientifique. Le bien-être de nos exploitations agricoles et de nos forêts, de nos familles, de nos employés et de nos consommateurs nous préoccupe au plus haut point. Nous recommandons vivement à tous les partis d’utiliser une approche décisionnelle fondée sur la science lorsqu’ils envisagent de modifier l’utilisation du glyphosate dans la province.

De nombreux organismes de réglementation dans le monde, dont l’Agence canadienne de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et la United States EnvironmentalProtection Agency (EPA) ont tous étudié le glyphosate de manière approfondie et sont arrivés à la même conclusion: l’utilisation du glyphosate est sans danger lorsqu’il est utilisé en respectant le mode d’emploi. Il n’existe aucun substitut.

Sans l’utilisation du glyphosate dans le secteur agricole au Nouveau-Brunswick (sur les fruits, les légumes, les céréales, les légumineuses, le maïs, le canola et le soja), les cultures seront gravement affectées. L’interdiction de l’utilisation du glyphosate dans l’agriculture menace la qualité, la valeur et la quantité des aliments cultivés au Nouveau-Brunswick.

En février 2020, avant la crise de la COVID, une enquête par sondage menée auprès de 400 Néo-Brunswickois de toute la province a confirmé que 7 personnes sur 10 pensent qu’il y a une urgence climatique en ce moment. Presque tous les habitants (95%) sont favorables à la plantation d’arbres pour aider à lutter contre le changement climatique en ce qui concerne l’absorption de carbone. Le gouvernement fédéral a lancé une initiative de plantation de deux milliards d’arbres. Le Parti vert fédéral affirme que nous devrions en planter encore plus, soit 10 milliards d’arbres d’ici 2030.

Cependant, sans l’utilisation du glyphosate, jusqu’à 70% des semis d’arbres mourront. Cela signifie moins de carbone absorbé, et une réduction de l’approvisionnement en bois (environ 1 000 000 mètres cubes ou 40 000 camions – approvisionnement en bois pour deux scieries moyennes) entraînera la perte de centaines d’emplois et plus de 27 millions $ par an en redevances pour la province. En outre, cette perte de bois aura des répercussions sur les possibilités de conservation des forêts, avec une réduction de près de 50% des terres disponibles pour la conservation.

Nous demandons à tous les partis politiques de s’appuyer sur les faits et les données scientifiques pour prendre des décisions de politique publique, et non sur les émotions et la désinformation. Trop d’emplois et de collectivités du Nouveau-Brunswick en dépendent.

Lisa Ashworth
Présidente
Alliance agricole du Nouveau-Brunswick

Jason Limongelli
Vice-président
Irving Woodlands

René Chiasson
Président
Bleuets NB Blueberries

Mike Legere
Directeur exécutif
Forêt NB

Michael O’Blenis
Président
Producteurs de pommes du Nouveau-Brunswick