Souhaitons-lui bonne chance et donnons-lui sa chance

Ce sentiment d’aliénation qui nous envahit à la suite de l’élection d’un gouvernement majoritaire, sans aucune représentation dans le nord de la province, n’est pas seulement une très mauvaise nouvelle pour les Acadiens et les francophones, elle l’est aussi pour l’ensemble des gens du Nouveau-Brunswick.

Le premier ministre élu, Blaine Higgs, a eu l’intelligence lors de son discours de victoire d’au moins tenter de parler français à quelques reprises et a indiqué l’importance d’unir le Nord et le Sud. Si les progressistes-conservateurs n’ont pas suffisamment de vision pour prioriser ceci, tout de suite et maintenant, ils paveront une route difficile pour l’avenir de notre province. On ne pourra pas avancer en divisant pour mieux régner et le prix à payer sera considérable non seulement pour les Acadiens, mais pour tous les Néo-Brunswickois.

L’idée de critiquer les Acadiens de n’avoir pas voté pour lui est un moyen facile et tentant pour le parti au pouvoir de se laver les mains du Nord. Plus que jamais ce parti doit faire une profonde analyse de conscience, car il a failli les Acadiens et francophones, pratiquement un tiers de la population de la province, si on fait abstraction de Moncton-Est.

C’est facile de tomber dans la conclusion simpliste et dire qu’ils n’avaient qu’à appuyer les bleus et que c’est donc leur choix et leur problème.

Mais cela veut aussi dire que le parti au pouvoir à Fredericton ne les représente pas. Rien pour se péter les bretelles dans la seule province officiellement bilingue au Canada. On sait que le Nouveau-Brunswick est une province en déclin dans plusieurs domaines. Nous avons donc besoin de toutes nos ressources humaines, de nos cerveaux, de l’avantage de la créativité et du dynamisme que nous apporte le privilège d’avoir deux communautés de langues officielles. Le commentaire «qu’un abat-jour» pourrait être élu dans le Nord en faisant référence aux députés libéraux comme l’a dit le premier ministre n’est pas digne du poste qu’il détient.

Ce genre de commentaire ne relèvera pas le niveau de coopération et d’unité nécessaire pour faire progresser notre province. Et comment pensez-vous que les Acadiens vont se positionner maintenant? Un État de droit ne fonctionne pas comme une dictature. Il est là pour rassembler les gens et les représenter tous, qu’importe leur allégeance politique, leur langue, leur couleur, etc., car une chose est certaine, tous sont des contribuables.

M. Higgs a obtenu la majorité qu’il souhaitait pour mieux régner et faire de grandes choses, comme il l’a indiqué dans son discours lors de la soirée électorale. Alors, plus que jamais, il devra être sensible, ouvert, juste et équitable envers la communauté acadienne, car l’équilibre difficile dans lequel il se trouve pourrait facilement se retourner contre l’ensemble des Néo-Brunswickois qui auront à payer pour les pots cassés si la vision du premier ministre n’est pas à la hauteur de ce qu’on peut s’attendre d’un grand leader. D’autant plus qu’il n’aura pas à dépendre de la People’s alliance pour se maintenir au pouvoir. Souhaitons-lui bonne chance et donnons-lui sa chance. Peut-être pourra-t-il nous surprendre et s’ajouter au palmarès des grands premiers ministres tel Hatfield, Robichaud et autres?

Lucie LeBouthillier
Bas-Caraquet