Des conséquences néfastes pour les infirmières

Je fais appel au premier ministre du N.-B., et aux gestionnaires du Réseau de santé Vitalité.

Avez-vous entendu le cri d’alarme lancé par Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats des infirmières et infirmiers ( FCII )?

Je vous prie de prendre connaissance du rapport de Mario Possamai «Vivre dans la crainte».

Dites-nous que le Réseau de santé Vitalité protège les infirmières et voit à la sécurité des infirmières et des infirmiers.

Actuellement nous savons que le Centre hospitalier universitaire (CHU) Dumont a un manque de personnel infirmier. Les gestionnaires du CHU Dumont obligent des infirmières à faire des heures supplémentaires, et souvent du 24 heures sans repos.

Une charge de travail excessive et la réalisation d’heures supplémentaires ont des conséquences néfastes sur le bien-être et la santé de l’infirmière. Les heures supplémentaires de travail sont un risque dans la prestation des soins infirmiers.

Fernande Cantin
Dieppe