L’humanité sauvée par la pandémie

La pandémie a indéniablement et significativement affecté l’activité humaine sur Terre et Global Footprint Network a dû en tenir compte dans ses recherches.

Nos émissions de carbone sont 14,5% moins élevées cette année qu’en 2019. L’activité forestière a elle aussi diminué de 8,4%. La demande alimentaire a pour sa part grimpé. Tous ces facteurs et bien d’autres ont un impact sur la biocapacité mondiale et notre empreinte écologique.

Bref, nous avons collectivement, comme citoyens du monde, réduit de 9,3% l’empreinte écologique humaine à l’échelle du globe par rapport à la même période l’année dernière. Préalablement à la crise sanitaire, personne n’aurait cru possible d’atteindre un tel résultat en si peu de temps.

La pandémie fut et se fait encore difficile pour l’humanité. Le résultat au niveau environnemental est toutefois, je crois, enviable et inspirant. Il ne nous reste plus qu’à trouver la façon de continuer à faire ces pas de géants écologiques en dehors du contexte d’une crise mondiale.

Guy Lanteigne
Gatineau, Québec