Patrimoine en péril à Bas-Caraquet

Le village de Bas-Caraquet, au fil des ans, a vu la plupart de ses monuments historiques disparaître par le feu: les hôtels Doiron et de la Mer, le bâtiment de la Coop, le magasin à Loggie et son entrepôt, le Chantier naval, l’école régionale, l’entrepôt frigorifique et ce qu’on pensait être la dernière pièce, l’église.

Hélas, un monument célébrant les fondateurs de la communauté, érigé dans le parc des Fondateurs dans les années 1990, est disparu dernièrement, apparemment au début de l’été, mais pas par le feu, apprenons-nous.

Ce monument nous rappelait les fondateurs. Qui n’a pas entendu parler du ruisseau à Isabelle, à l’entrée du village, où a vécu le père d’Isabelle, marié à une fille des Premières Nations Micmac?

Une plaque commémorative avait été installée par Patrimoine Nouveau-Brunswick dans le parc.

Eh bien, ce monument âgé d’environ 25 ans seulement a disparu, apparemment rouillé et irréparable. Comment se fait-il que des monuments millénaires existent encore? Où est ce monument? Apparemment à la casse, mais où vraiment, nous ne le savons pas.

Personne ne l’a su, ce n’est que dernièrement qu’on s’est aperçu qu’il manquait dans le paysage du parc parce que pratiquement personne n’utilise cet endroit à cause de la mollesse du terrain et des odeurs nauséabondes qui s’y dégagent.

Apparemment que l’ouvrage s’était détérioré et représentait un danger pour les usagers… Lesquels allons savoir. Les trottoirs construits entre 1978 et 1985 sont dangereux et représentent un risque sérieux, surtout pour les aînés, mais ils n’ont pas été démolis pour autant.

Il est normal qu’un ouvrage en fer forgé se détériore au fil des ans s’il n’est pas entretenu. Quel entretien le Village a-t-il fait et quel budget a-t-il consacré à cet ouvrage? Y a-t-il une décision du conseil à cet effet? Quand a-t-elle été adoptée? Les villageois doivent être informés parce que l’affaire n’a pas été rapportée dans les journaux, pas un mot dans le rapport du maire ni du directeur général.

Si ce monument a été détruit, le Village a le devoir de le remplacer avec un ouvrage identique et doit prendre les mesures pour l’entretenir année après année.

Théo Noël
Premier directeur général et ex-maire
Bas-Caraquet