Générosité et solidarité sont des caractéristiques du peuple acadien

Grâce encore à l’Acadie Nouvelle, toute la population de notre province a pu apprendre, le 28 octobre, combien les gens du village de Saint-Léolin et des environs sont débrouillards, généreux et remplis d’initiative lorsque le malheur visite subitement une famille.

En effet, sous leurs yeux, en janvier 2020, Lorette et Jean-Claude Thériault ont vu disparaître la résidence dans laquelle ils habitaient depuis 45 ans. La cause du désastre? Le feu qui souvent surprend et n’épargne personne, riche ou pauvre.

Peu de temps après cette tragédie, une femme de Bas-Caraquet, Georgette Lanteigne, a offert à ces sinistrés une résidence sans exiger en retour le moindre sou. Et puis, sous l’initiative de certains généreux et débrouillards personnages, une campagne de financement dans la région a rapidement été mise sur pied. Ce couple se voit offrir une résidence, ce qui lui permet de retrouver la paix et la joie familiale.

Sans crainte de faire la moindre erreur, je dirais que la générosité et la solidarité que l’on retrouve dans les petites communautés rurales sont des caractéristiques fondamentales du peuple acadien. En effet, un jour, dans mon propre village natal de Sainte-Anne-de-Kent, une famille assez nombreuse a connu, elle aussi, un sort comparable à celui des Thériault.

Peu de temps après cet incendie, un père de famille et son fils se rendent voir le curé pour qu’il écrive une lettre comme quoi il autorisait ces deux personnages à solliciter des gens dans le village de Sainte-Anne-de-Kent et celui de Bouctouche. En deux semaines ou à peu près, la famille éprouvée a reçu la jolie somme de 7000$.

Il est à noter qu’une famille de Bouctouche, reconnue pour sa généreuse, à elle seule, a généreusement contribué la somme de 1000$.

Voilà comment le cœur acadien se comporte toujours quand les épreuves visitent leurs communautés.

Alcide F. LeBlanc
Moncton