Nous avons failli à la tâche

Mercredi dernier, j’ai eu la chance et le privilège d’assister à l’avant-première du documentaire de Renée Blanchar Le Silence qui met en évidence les scandales d’abus sexuels par des prêtres catholiques sur de jeunes garçons, particulièrement à Cap-Pelé et dans la Péninsule acadienne.

Renée, tu projettes à la vue du monde entier un secret de communauté. Ceci n’est jamais facile à accepter.

En effet, nous avons tous et toutes nos explications, sans doute valables, pour justifier ce qui s’est passé. Pour certains, ils n’étaient pas au courant, pour d’autres ce n’était que des rumeurs, ou encore les parents n’avaient pas porté plainte ou même la peur d’être pointé du doigt en chaire par les agresseurs. Mais en fin de compte, comme communauté, nous avons failli à la tâche.

Nous n’avons pas protégé les enfants. J’ai envie de dire aux victimes: «Vous avez raison d’être en colère non seulement à l’endroit de l’agresseur, mais aussi à l’endroit de la communauté qui, d’une certaine façon, vous a laissé tomber… non pas par méchanceté je le conviens, mais plutôt par négligence d’agir.»

Merci Renée!

Non seulement donnes-tu la parole aux victimes en leur permettant de dire tout haut les souffrances endurées, mais tu permets aux communautés d’entendre les victimes, de faire l’analyse de ce qui s’est passé et d’en tirer les leçons qui s’imposent!

Tu as démontré encore une fois ton talent et ton professionnalisme. Tu n’as pas fait appel au sensationnalisme.

Tu as fait tes recherches.

Tu as encadré les témoignages difficiles à entendre dans les plus beaux paysages que la communauté peut offrir comme pour adoucir la cruauté des événements.
Merci aux victimes. Vous avez beaucoup de courage.

Léon Richard
Moncton