Espérons que l’année 2021 nous permettra de nous retrouver

Après plus de 25 ans de vie irlandaise, il m’a fallu une pandémie pour que je vous écrive à vous tous en Acadie, car aujourd’hui, j’ai le mal du pays comme on dit.

Les pâtés à la viande sont prêts, mais je n’y serai pas pour les savourer.

Les p’tits cadeaux ont bien été envoyés, mais vont-ils arriver pour la veillée?

Je rêve toujours d’un Noël blanc à Saint-Simon comme avant, la messe de minuit avec la famille et entre amis – et bien là, il faut que je me retienne!

Et comme je ne sais pas quand j’y reviendrai, je vous souhaite à tous une très bonne et heureuse année.

Pour tous ceux et celles qui, comme moi, n’auront pas la possibilité d’embrasser leurs parents en ce Noël (et je pense à ma très chère maman), espérons que l’année 2021 nous permettra de nous retrouver.

Ghyslaine Landry-Brophy
Dublin, Irlande