Les excuses ne sont pas des bonbons

Je n’avais pas l’intention de réagir à l’opinion du lecteur exprimée par le conseiller Rémi Hébert et publiée dans l’Acadie Nouvelle du vendredi 18 décembre. Par respect pour la conseillère, les conseillers, les employés de la municipalité et les pompiers, je me dois cependant de le faire.

À mon avis, des excuses ce ne sont pas des bonbons qu’on distribue à «ceux qui en ont besoin». Les excuses sont exprimées à celles et ceux qui se sont sentis blessés par nos paroles ou nos gestes, que ce soit intentionnel ou non. Les excuses sont exprimées avec sincérité et non avec ironie.

Pour reprendre les paroles de la juge Dionne dans l’une de ses causes, «je n’ai pas entendu de grands remords dans tout ce qui a été exprimé» dans cette opinion du lecteur.

Le fameux souper qui a fait couler beaucoup d’encre relevait d’une décision administrative et n’avait pas à être débattu au conseil.

Les circonstances entourant ce souper en période de pandémie auraient pu poser problème, mais la planification avait été faite en fonction des règles de la sécurité publique – autant par le personnel administratif que par le traiteur/restaurant – pour les 18 employés concernés. Il avait été convenu bien avant la réunion du début décembre que les pompiers n’y seraient pas. La réaction du conseiller, en n’exposant pas les faits réels et en diffusant de fausses informations, est à l’origine des demandes d’excuses des membres du conseil et des pompiers. Le véhicule utilisé pour faire les excuses n’est ni approprié ni conforme.

Un conseil municipal est élu par les citoyennes et citoyennes de sa municipalité. Ces conseillers s’y présentent avec leur propre expertise, leur bagage d’expérience et leur vision personnelle pour le développement de la ville. C’est ce qui fait la richesse d’un conseil.

À Shippagan, en 2016, malheureusement, nous n’avons pas été élus, il n’y a pas eu d’opposition. C’est regrettable, mais nous aurons l’occasion d’agir différemment lors des prochaines élections municipales, le 10 mai 2021. J’encourage celles et ceux qui ont à coeur le développement de la ville à solliciter un poste au sein du futur conseil. Ou, à tout le moins, à assister aux réunions ordinaires publiques du conseil qui ont lieu le 1er lundi et les réunions du comité plénier, le 3e mardi de chaque mois. Celles et ceux qui y assistent posent leurs questions, émettent leurs commentaires et opinions, en accord ou non avec le conseil.

Ces échanges d’idées sont sains et habituellement très constructifs. Les seuls points discutés en huis clos (sans public) selon la Loi sur la gouvernance locale sont ceux reliés aux alinéas 68(1) tels que: renseignements dont le caractère confidentiel est protégé par la loi; question de travail et d’emploi; litiges actuels ou potentiels touchant le gouvernement local. Les autres discussions sont publiques et les résolutions sont publiées sur le site de la municipalité.

Personnellement, j’ai déjà fait part de mon intention de ne pas solliciter un troisième mandat à la mairie. Je considère que le changement est important, qu’un nouveau maire/mairesse apportera des idées nouvelles, un nouveau dynamisme. J’ose croire qu’il y aura élection à ce poste.

Je profite de l’occasion pour souhaiter à nos citoyennes et citoyens, aux employés, aux membres du conseil municipal, nos bénévoles, collaborateurs, commerçants, etc., de très belles fêtes, tout en respectant les règles de sécurité sanitaire, et nos meilleurs vœux pour l’année 2021!

C’est toujours un plaisir de travailler avec vous et pour vous!

Anita Savoie Robichaud
Mairesse
Shippagan