Porteur de lumière

Comme un des nombreux abonnés de l’Acadie Nouvelle, je veux louer haut et fort le conseil d’administration, la direction générale, les journalistes, les chroniqueurs et les autres collaborateurs qui permettent à notre seul quotidien francophone du Nouveau-Brunswick d’être d’une qualité exceptionnelle.

Par contre, j’éprouve toujours une certaine peine de constater que trop des nôtres ne l’appuient pas encore, soit par indifférence, soit par assimilation, ou d’autres motifs.

En ce moment, sans vouloir exclure aucun des autres membres de l’équipe du journal, je me limite à une seule personne qui collabore à notre quotidien. Il s’agit du révérend père Serge Comeau. Comme bien d’autres, chaque samedi, je savoure son éclairante réflexion, sa profonde sagesse, son analyse positive, son style littéraire qui ressemble à de la pure poésie.

En lui, comme le voit aussi un de mes bons amis de la Péninsule, Arisma Losier, je constate dans la personne de ce prêtre un porteur de lumière qui, sans aucun doute, s’inspire très souvent de la nature et des textes sacrés pour mieux nous éclairer sur le chemin de notre vie.

D’ailleurs, dans sa récente chronique, publiée samedi dernier, il parle de la lumière et je le cite:

«La lumière nous fait du bien. Nous en avons besoin. Elle est un signe de vie. Ce n’est jamais banal d’allumer une chandelle; le geste réjouit et annonce toujours quelque chose.»

Pendant l’existence de la maudite, mortelle et méchante pandémie qui nous empêche de mener une vie normale, nous avons de plus en plus besoin de personnes de lumière. Le père Comeau incarne bien cette notion lumineuse et pour cela, je lui dis mille mercis!

Alcide F. LeBlanc
Moncton