Il y a suffisamment de joueurs pour donner une offre concurrentielle

Voici quelques chiffres pour possiblement donner un peu plus de perspective dans le marché des loyers.

De décembre 2019 à décembre 2020, mon loyer a augmenté de 3,9%.

On me dit que la population de Moncton connaît une croissance importante, que les «baby-boomers» ont tendance à vendre leur maison pour s’installer en appartement, que la construction courante se fait surtout dans le haut de gamme.

Soit. Ça reste une augmentation importante, difficile à vivre pour certains.

Or, je vis dans cet appartement depuis 22 ans. Sur le long terme, les choses ont été plus raisonnables. L’augmentation de mon loyer dans 22 ans a été de 52%, comparable à l’augmentation de 50,5% du coût de la vie, et un peu moins que l’augmentation de 63% du salaire moyen versé au Canada.

Je me suis fait flouer, légèrement, une fois seulement en 46 ans. C’était en 1975. Alors dans l’ensemble je dirais que mon expérience comme locataire a été plutôt bonne.

Tout cela pour vous dire, finalement, que je ne favorise pas l’intervention du gouvernement dans ce secteur. Il y a suffisamment de joueurs pour donner une offre concurrentielle.

Les fluctuations à court terme ne sont pas toujours faciles à prendre, nous sommes tous d’accord là-dessus, mais restent préférables au carcan que devient trop souvent la réglementation gouvernementale.

Ce n’est qu’une opinion, bien sûr, qu’une seule expérience de vie. Je vous invite quand même à la considérer.

Jean-Marie Brideau
Moncton