Prenons un risque calculé

Le ministre de l’Éducation Dominic Cardy a vite saisi la pandémie comme occasion pour mettre en place un système boiteux et pas du tout nécessaire d’apprentissage hybride dans les écoles secondaires du Nouveau-Brunswick et ça depuis septembre 2020.

Les ados de 14 à 18 ans en sont les cobayes et les perdants tant mentalement qu’académiquement. La Nouvelle-Écosse, l’Î.-P.-É., Terre-Neuve ainsi que plusieurs écoles du Canada ont réussi à accueillir tous les élèves à temps plein sans incident. Nos ados ont déjà perdu 40 jours d’enseignement dans le premier semestre et les conséquences néfastes peuvent avoir un impact à court et à moyen terme.

Dès le mois d’octobre, c’était évident que de sérieuses lacunes existaient avec le concept d’alterner un jour en classe suivi d’un jour à la maison.

Ce n’est pas un secret que l’adolescence est l’étape de la vie la plus difficile et critique. La plupart des ados ne possèdent pas la maturité, la motivation ou la discipline personnelle pour être placés dans une telle situation!

En novembre, le député de Kent-Sud a tenté sans succès de retourner les quelque 25 000 jeunes à l’école à temps plein. Les directions et les enseignants voient bien que l’apprentissage hybride est terrible, mais ils sont muselés et ne peuvent pas aider les élèves qui sont sur la voie du déraillement.

Écarts importants entre écoles quant aux attentes; quatre à cinq heures de leçons par jour pour certains, 15 à 45 minutes par jour pour d’autres. Certains étudiants sont suivis de très près; d’autres ne le sont pas du tout. Les enseignants sont débordés et démoralisés. Ils font du mieux qu’ils peuvent dans un contexte quasi impossible.

C’est ironique, le ministre affirme que l’enseignement doit être fait virtuellement les jours de tempête parce que ces quelques jours perdus ont des conséquences sérieuses sur les résultats scolaires! Et les 85 jours que les ados sont à la maison cette année, eux? Assez, c’est assez. Il faut arrêter de se servir de la pandémie pour tester un système terriblement inadéquat pour nos enfants!

Et dire que Dominic Cardy a refusé de participer aux efforts pour introduire un système hybride pour les membres de l’Assemblée législative… Il croit que les membres de la Législature doivent se rencontrer en personne ou pas du tout. Il n’appuie pas un système hybride «no matter the pandemic situation» dans la province! Il faut être face à face et engagés, dit-il, tu ne peux pas faire cela en ligne! Ce sont ses paroles au journaliste tout récemment!

La situation pour nos élèves est critique! Pourquoi ne pas courir le risque puisque les experts sont d’accord pour dire que le virus se transmet dans la communauté et non dans les écoles secondaires?

Ils s’accordent aussi pour dire que l’école devrait être le premier endroit à ouvrir et le dernier à fermer.

Prenons un risque calculé, retournons nos ados à l’école tous les jours pour le deuxième semestre. Et occupons-nous d’une école à la fois face au virus quand cela est nécessaire.

Ça ne peut pas être pire que la situation horrible que les jeunes, les enseignants et les familles vivent depuis septembre!

Il reste cinq mois avant la fin de l’année scolaire, en juin. Il est impératif d’avoir une fin d’année scolaire aussi normale que possible afin que tous puissent reprendre leur élan. C’est à nous de nous en occuper.

LouElla Dickinson
Moncton