Demande d’excuses et de rétractation

Monsieur Trevor Holder, ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, les propos que vous avez tenus lors d’un échange avec la rectrice de la St. Thomas University, la professeure Dawn Russell, et dont nous avons été saisis dans un article du journal The Aquinian paru le 22 janvier 2021, nous ont grandement interpellés et nous obligent à réagir.

À titre de rappel, cet article précise que, lors d’une rencontre tenue en décembre avec la rectrice et les recteurs des universités de la province, vous critiquiez la formation offerte en travail social à la St-Thomas University, étant donné votre évaluation de l’incompétence des personnes qui travaillent à l’aide au revenu – que vous pensiez, à tort, qu’elles sont des «travailleuses sociales».

Cet article rapporte aussi qu’à cette même rencontre, vous avez conseillé au recteur de l’Université de Moncton, Dr. Denis Prud’homme, de créer un programme de formation en travail social pour remédier à la situation. Ces propos sont particulièrement préoccupants et témoignent non seulement d’une méconnaissance de la fonction publique provinciale, mais aussi d’une méconnaissance des institutions universitaires qui relèvent de votre ministère.

En ce sens, nous désirons vous informer que les personnes qui sont affectées au programme d’aide au revenu du Ministère du Développement social ne sont pas nécessairement des «travailleuses sociales». En fait, elles sont appelées des «gestionnaires de cas» et ces postes n’exigent pas – comme les personnes qu’elles servent seraient en droit à s’y attendre et que votre gouvernement devrait l’exiger – qu’elles aient une formation universitaire en travail social.

Les travailleuses sociales et les travailleurs sociaux sont formés à la compréhension des conditions de vie objectives et subjectives que vivent les personnes qui se retrouvent en situation de pauvreté. Cette compréhension approfondie est essentielle à toute intervention dans ce contexte de pratique pour venir en soutien à ces personnes, intervention qui commande le respect de la dignité des personnes qui sont desservies par le programme d’aide au revenu et qui doit se faire dans un souci de justice sociale et d’équité, valeurs qui sont au cœur des devoirs déontologiques des travailleurs sociaux.

En ce qui a trait aux programmes offerts dans les institutions universitaires qui relèvent de votre ministère, et que vous vous permettiez de critiquer, la méconnaissance eu égard à ces programmes est aussi très préoccupante. À titre d’information, outre les programmes de formation qui sont offerts en travail social à la St. Thomas University, l’Université de Moncton offre un baccalauréat en travail social depuis maintenant 53 ans et une maîtrise en travail social depuis 34 ans. Il s’agit là d’une contribution très importante à la formation en travail social au Nouveau-Brunswick, dont les diplômées et les diplômés œuvrent aux quatre coins de la province, ainsi qu’ailleurs au Canada et dans le monde. Ginette Petitpas-Taylor et Madeleine Dubé, pour ne nommer que ces deux personnes dont vous connaissez l’engagement, figurent parmi nos diplômées qui se sont illustrées à l’échelle de la province et du pays. Or, outre ces ambassadrices de l’École de travail social de l’Université de Moncton, plusieurs diplômées et diplômés de nos programmes – et des programmes de travail social de la St. Thomas University – contribuent, dans leur quotidien, à l’accompagnement de nombreux Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois dans divers milieux de pratique, notamment dans les services sociaux, dans le domaine de la santé et dans le milieu de l’éducation. Ceci est donc, dans un souci de collégialité avec l’équipe professorale de notre École de travail social, sœur de la St. Thomas University, et parce que vos propos concernent à la fois la formation que nous offrons, les personnes que nous formons à l’exercice de cette profession qui se distingue par ses valeurs et les personnes que les travailleuses sociales et les travailleurs sociaux accompagnent, que nous avons le devoir – et la responsabilité – de vous écrire pour dénoncer vos propos et vous conviez à vous rétracter, voire à vous excuser publiquement.

Lise Savoie
Directrice École de travail social
Faculté des arts et des sciences sociales
Université de Moncton