Les travailleurs sous-payés sont les esclaves modernes de notre société

Actuellement et depuis trop longtemps, plusieurs personnes vivant seules ou en familles dans notre propre province éprouvent toujours d’énormes difficultés à vivre d’une façon décente en raison de revenus nettement insuffisants.

En raison de cela, elles doivent souvent se contenter de logements misérables, parfois indignes, insalubres, peu chauffés, et ce, sans oublier le fait qu’elles ne peuvent pas s’alimenter ou se vêtir convenablement.

D’après mes humbles opinions, un revenu insuffisant chez une famille crée possiblement chez les parents plus d’anxiété, plus de conflits, de stress et de misère humaine. Leur santé peut donc être négativement affectée de même que leur rendement, ce qui produit un impact négatif chez l’employeur lui-même.

En plus de cela, chez les enfants, quand ils fréquentent l’école, s’ils sont insuffisamment nourris ou insuffisamment vêtus, leur intérêt à étudier et à apprendre fond comme la neige au soleil. Leurs résultats académiques déclinent et les incitent à quitter plus tôt l’école, sans avoir obtenu le moindre diplôme. Conséquemment, leur propre avenir devient incertain et la misère est perpétuée.

Avec un revenu décent, plus généreux qu’il l’est actuellement, l’économie s’améliorait considérablement. Car les gens seraient en meilleure santé pour travailler et profiter davantage de loisirs. Ils deviendraient eux-mêmes de plus grands consommateurs. Ainsi, donc moins susceptibles d’être malades, ce qui coûte énormément cher au trésor public, car il faut retenir plus de médecins, plus de personnel infirmier, plus de psychologues, plus de travailleurs sociaux et plus de personnel dans nos propres prisons.

Certains osent dire que si la très riche compagnie mondiale payait ses petits employés au moins 15$l’heure, elle n’aurait qu’à vendre à ses clients chaque objet un pour cent plus cher ce qui permettrait automatiquement d’enregistrer les mêmes bénéfices qu’elle le fait présentement.

En d’autres mots, la richesse se crée par les travailleurs sous-payés qui sont de fait les esclaves modernes de notre société.

Disons-le franchement, ils remplacent les esclaves noirs qui ont enrichi la classe blanche pendant au moins deux siècles et plus.

D’après ma toute récente opinion, si un employeur est incapable de payer actuellement au moins 15$ l’heure à chaque personne qui travaille pour lui, il devrait considérer fermer boutique, car il perpétue la misère humaine.

Alcide F. LeBlanc
Moncton