Les métiers et non les petits métiers

Yves Chouinard
Campbellton

J’ai lu avec beaucoup de plaisir la lettre de René Lanteigne dans votre journal du 31 mars faisant référence aux propos peu élogieux de Bernadette Landry à l’égard des mécaniciens qu’elle nomme de «simple mécanicien» dans sa lettre du 29 mars dans l’opinion du lecteur.

M. Lanteigne a tout à fait raison de dénoncer ce manque de respect envers cette profession qui exige de ces professionnels beaucoup d’habiletés, de dextérité, de connaissances académiques et techniques pour être capable d’exercer ce métier avec intelligence et discernement.

Si je prends la peine de soutenir les propos de M. Lanteigne, c’est qu’il m’est arrivé, il y a quelques années, de donner une conférence à un groupe d’ambassadeurs africains venus s’enquérir de l’importance de la formation professionnelle et des métiers dans le développement économique de leur pays. Étant à l’époque directeur général du CCNB, je les ai entretenus notamment du rôle indispensable que jouent nos gens de métier au Canada.

Après ma présentation, un des ambassadeurs m’a demandé comment faire pour intéresser des jeunes à embrasser le domaine des «petits métiers» faisant référence à la mécanique, les métiers de construction, etc. Je lui ai répondu que la première chose à faire était de changer son appellation de la profession en enlevant le mot petit devant celui de métier et que déjà là il aurait plus de succès auprès des jeunes. Il a tout de suite convenu que j’avais raison et ses collègues ambassadeurs m’ont invité à venir poursuivre nos rencontres à Ottawa afin de donner suite à leur projet de formation dans le domaine des métiers dans leur pays respectif.

Je félicite donc M. Lanteigne d’avoir osé souligner ce manque de considération envers les mécaniciens, car, sans ces derniers et leurs compétences, c’est toute notre société qui serait paralysée comme le sont beaucoup trop de communautés africaines par manque d’expertise dans les domaines cités précédemment.

Personnellement j’ai beaucoup de respect pour les gens qui sont capables d’exécuter avec compétences, peu importe le domaine, ce que je ne suis pas en mesure de faire moi-même.