N’écoutez pas les hauts placés du ministère de Développement social

Puisque je n’ai plus 20 ans, et qu’on nous dit que les personnes âgées peuvent avoir de l’aide afin de demeurer le plus longtemps possible dans leur maison, j’ai décidé quelque temps passé, de demander de l’aide au ministère de Développement social.

Une travailleuse sociale est venue m’évaluer. Quelques jours plus tard, on m’appelle pour me dire que je n’étais pas éligible, parce que je conduis encore ma voiture et que je me lave encore les fesses moi-même! Je ne conduis pas dans la ville de New York ni de Montréal.

Mais avec un cœur qui un jour a décidé de pomper à 200 milles à l’heure, je suis chanceuse qu’on a pu le ralentir et que j’ai pu sortir de l’urgence de l’hôpital le même soir, à condition que j’aille à la pharmacie, acheter le médicament qu’on m’avait prescrit et que je commence à prendre ce médicament, ce soir-là.

Donc, ça veut dire: lave ton four, ton frigidaire, fais cuire tes repas, lave la vaisselle, lave l’évier, balaie le plancher et lave-le, lave la toilette, le lavabo, le bain ou la douche, lave les vêtements, les draps de lit, les essuie-mains, mets-les dans la sécheuse, enlève-les, plie-les, range-les dans l’armoire ou dans la garde-robe, lave les fenêtres, etc.

Pour avoir de la nourriture, il faut aller à l’épicerie, en acheter. Il faut porter les sacs, à l’auto. Arrivée à la maison, il faut monter les marches du perron pour apporter les sacs d’épicerie, dans la maison. Ensuite il faut tout placer soit dans le frigidaire ou dans le congélateur ou dans le garde-manger. Le nécessaire comprend aussi du papier toilette, du savon pour la vaisselle, pour le linge et pour le corps humain.

Et pour les médicaments, il faut aller à la pharmacie pour les acheter. Dans le passé, j’ai fait plusieurs bronchites. Je portais des bas de compression, mais étant pris avec un problème d’ostéo-arthrite, c’est devenu trop compliqué.

En hiver, le perron doit être nettoyé, ainsi que devant la porte du garage. En été, le gazon doit être coupé. Il faut aller acheter de la gazoline pour la tondeuse à gazon. Mais celle-ci ne peut pas passer tout près de la maison, donc il faut un coupe-herbe.

Au besoin, il faut mettre du sel dans l’adoucisseur d’eau. Il faut aussi mettre du sel ou du sable, lorsque les perrons sont glissants, en hiver. Mais si je mets du sable, mon plancher ne sera pas propre.

Et puisque je ne peux pas avoir d’aide pour le laver, aussi bien ne pas en mettre. Je sortirai au mois de mai lorsque tout sera fondu.

Avec une maison, il y a toujours des réparations à faire. (À moins que j’aie la chance d’en avoir une, en or). J’arrête, car je commence à être au bout de mon souffle et je ne dois pas devenir essoufflée.

Donc, n’écoutez pas les hauts placés du ministère de Développement social. Ce n’est pas vrai qu’on aide les personnes âgées pour qu’elles demeurent dans leur maison le plus longtemps possible.

On nous traite comme des petits-enfants qui croient au père Noël.

Imelda Savoie, 82 ans
Néguac