Beaucoup trop de gens n’ont pas un logement convenable

Le journaliste Justin Dupuis aborde un sujet d’actualité dans l’Acadie Nouvelle du 10 avril, soit la question du logement abordable.

Trop de gens, beaucoup trop de gens dans toutes les communautés de la province n’ont pas un logement convenable. Cette situation a toujours existé et c’est malheureux.

Ayant œuvré dans le domaine du service social dans la province depuis 1960, j’ai vu beaucoup trop de logements épouvantables. Les gens aimeraient améliorer leurs conditions de vie, ils n’en ont pas les moyens. Souvent, une augmentation du coût de leur loyer veut dire un déménagement dans un logement de moindre qualité.

Le journaliste explique que le gouvernement provincial et le fédéral investiront tout près de 100 millions $ au cours des sept prochaines années pour soutenir le logement locatif abordable et ceci pour les familles à faible revenu. On voudrait venir en aide à 6700 ménages dans la province.

Afin de se qualifier à l’allocation Canada/Nouveau-Brunswick pour le logement, le revenu annuel du foyer devra se situer entre 14 200$ et 38 000$. Ça peut sembler de gros chiffres, mais essayez de vivre, de faire vivre une famille et de payer un loyer avec ce revenu.

Je connais bien des gens qui habitent toujours dans des logements misérables et pitoyables. Et ce n’est pas par choix, c’est par nécessité.
Ils n’ont pas les moyens de se construire une maison ou de prendre un loyer à un coût raisonnable.

Dans son texte, le journaliste Justin Dupuis nous apprend que pour être éligible à l’allocation pour le logement, le revenu annuel brut du foyer devra se situer entre 14 200$ et 38 000$. Mais, il n’y aura jamais assez de fonds pour tous les foyers qui en feront la demande. Ce sera un problème d’envergure.

J’ai bien aimé les commentaires de Sœur Auréa Cormier, la Secrétaire du chapitre de Moncton du Front commun pour la justice sociale, à la suite de cette annonce. Elle se réjouit de cette nouvelle aide qui permettra aux plus démunis de sortir d’appartements délabrés et de trouver de meilleurs logements. Elle œuvre depuis longtemps avec les personnes dans le besoin et les politiciens l’écoutent parce qu’elle s’y connaît en ce qui a trait à la misère humaine.

Marcel Arseneau
Moncton