Le cheval de bataille des anciens coristes des années 1990 refait surface avec nul autre que le premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Les propos regrettables de Dre France Desrosiers, PDG de Vitalité, n’ont fait que raviver les flammes et donné un nouvel élan à ce gouvernement majoritaire. Tenons-nous bien, nous en aurons encore pour quatre autres années.

M. Higgs prône maintenant qu’il faudrait embaucher des unilingues anglais et leur offrir des cours dans la seconde langue officielle.

Il faut se rappeler qu’il n’a toujours pas réussi à apprendre lui-même la langue française assez bien pour pouvoir converser de façon adéquate avec les francophones de cette province. Un bon nombre d’électeurs lui ont fait confiance et ont cru, à tort, qu’il était assez compétent pour gouverner la seule province bilingue au Canada. À vrai dire, nous ne méritons pas mieux parce qu’il s’est fait élire grâce à l’appui d’un bon nombre de francophones.

Il est un peu tard maintenant pour se poser la question à savoir si nous n’avons pas mis en péril nos droits chèrement acquis et s’ils pourront tenir le coup.

Émile Richard
Bouctouche

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle