Difficile de ne pas comprendre – et d’accepter, même avec une pointe d’envie pour un francophone engagé – que la langue anglaise tient le haut du pavé dans le monde. Il n’en reste pas moins que le français y occupe une place de choix, plus importante encore qu’on ne pourrait le penser. Toute langue étant une richesse, c’est une aberration de croire que c’est une faiblesse pour un pays d’en comporter plusieurs. Par exemple, au Bénin (Afrique de l’Ouest), on en compte 14 (une seule officielle toutefois).

Nous devons donc nous féliciter que notre pays en comporte au moins deux, officielles, en plus de toutes celles qui ne le sont pas.

Soit dit en passant, j’abonde dans le sens des interventions récentes de Réjean Grenier dans une récente édition de l’Acadie Nouvelle, (13 mai 2021) et de Rino Morin Rossignol (26 mai 2021) à l’occasion et de bien d’autres journalistes et de citoyens allumés.

Je souhaite néanmoins apporter ici quelques éléments qui me semblent moins connus de la plupart des gens. Je veux parler ici de l’importance de la langue française dans le monde.

Sans vouloir insinuer que ce manque de connaissance empêchera la terre de tourner, est-ce qu’on sait combien de langues officielles existent dans le monde? Et combien de dialectes? À la première question, à partir de statistiques et de renseignements connus, on les estime à quelque 3000. Pour le nombre de dialectes, ils sont, on l’aura deviné, innombrables. Ensuite, est-ce qu’on sait à quel rang se situe la langue française dans la liste? Toujours d’après les statistiques, elle occuperait le huitième (8e) rang sur les 3000 recensées. Aux Nations Unies, elle figure parmi les six langues officielles, les autres étant l’arabe, le chinois, l’anglais (évidemment), l’espagnol et le russe. Au Secrétariat de l’Organisation, on travaille surtout en anglais et – le croirait-on – en français. Oui, messieurs, dames!

Avec son abondante et remarquable littérature, avec son sens des nuances, le français reste une des plus belles langues de la planète. Elle a été pendant longtemps la langue par excellence de la diplomatie. Si elle n’est en général plus considérée comme telle sur le plan international (depuis le traité de Versailles de 1919, ce qui serait une trop longue histoire à raconter), elle est encore loin d’avoir perdu son importance dans ce domaine.

En 2008, l’espace francophone représentait 20% du commerce mondial des marchandises. Il y a 29 pays de statut officiel français. Le français est la langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales, dont l’Union européenne. Et ce ne sont là que quelques statistiques. Notre langue n’est donc pas qu’une langue de la noblesse ou de la littérature, elle est d’une richesse culturelle inépuisable.

Est-ce que les jeunes Acadiens qui fréquentent nos écoles sont au courant de ces statistiques? Sinon, ce ne serait certainement pas une mauvaise idée de le leur enseigner, moyen de plus pour leur inculquer la fierté de cette «langue de chez nous», qu’a si bien célébrée la chanson d’Yves Duteil, cette langue si menacée, il faut malheureusement le dire, dans certaines régions de l’Acadie.

Tout ça pour dire que le français est une force tranquille, active et en bonne santé, une langue sur laquelle il faut compter. Il est donc difficile de comprendre pourquoi certains individus et certains organismes se montrent incapables de le reconnaître. Question de trois millions de dollars: est-ce que ça changerait quelque chose si on leur mettait la vérité devant les yeux? Pas certain, quand on sait à quel point les préjugés peuvent être tenaces et résistent à la plus simple des évidences et à la plus irréfutable des statistiques. Mais qui n’ose rien n’a rien. On peut toujours essayer.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle