Mme Dorothy Shephard, ministre de la Santé, le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) appuie fortement l’énoncé d’Égalité Santé en Français à l’effet que la réforme en santé doit respecter le rôle fondamental du Réseau Vitalité d’offrir des soins de santé dans la langue française en tout temps et sans délai.

Ce rôle implique une décentralisation des services de santé pour assurer une gouvernance efficace et pour accroître le développement des institutions de santé acadiennes et francophones.

La langue fait partie intégrante de la qualité des soins. Elle ne peut être dissociée du soin procuré. Un soin procuré dans une langue que l’on ne comprend pas ou que l’on comprend mal risque d’être un mauvais soin.

Dans le réseau Horizon, la prestation des soins dans la langue française en tout temps et sans délai n’est pas assurée. Par conséquent, la fusion des services de santé proposée entre Horizon et Vitalité est irrecevable et viole les droits de la communauté acadienne et francophone.

Une décentralisation des services favorise le développement durable des institutions de santé parce qu’elle leur permet de participer pleinement aux prises de décisions qui les concernent. C’est pourquoi nous vous prions d’amorcer la mise en œuvre des changements structurels recommandés par Santé Égalité en Français.

Ces changements impliquent une direction pour chaque hôpital, une direction générale du réseau Vitalité choisie et redevable au conseil d’administration constitué de membres élus, et une présidence du conseil d’administration choisie par et parmi les membres élus de ce conseil.

Cette restructuration assurerait une gouvernance efficace d’un réseau de santé décentralisé.

La décentralisation des services cliniques et non cliniques offre des services de proximité qui répondent aux besoins des individus tout en leur permettant d’économiser du temps, de l’énergie et de l’argent. Elle diminue le transport routier et réduit ainsi les émissions de gaz à effet de serre (GES). Ce faisant, elle aide à lutter contre les changements climatiques et ses effets délétères sur la santé physique et mentale.

C’est ainsi qu’une décentralisation des services favorise la santé et le bien-être des individus.

Les changements climatiques constituent la plus grande menace du 21e siècle pour la santé publique. Nous estimons qu’une réforme sérieuse en santé doit tenir compte de cette réalité et que la décentralisation des services est adaptée à l’urgence climatique.

Une telle mesure aiderait à diminuer les émissions de GES et favoriserait la santé et le bien-être des Néo-Brunswickois tout en soutenant le développement des institutions de santé de façon durable.

Le ministère de la Santé ferait preuve de leadership en entreprenant une décentralisation des services de santé.

Nous souhaitons que la décentralisation des services de santé devienne réalité afin de protéger la santé de toutes les communautés néo-brunswickoises et afin de promouvoir le développement des institutions de santé francophones.

Odette Landry
Co-présidente du conseil d’administration Groupe de développement durable du Pays de Cocagne

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle