Jeudi soir dernier, dans l’église historique de Barachois, j’ai assisté au premier de la série de neuf concerts de musique classique, qui seront présentés tous les jeudis soir de l’été.

Le programme de la soirée ainsi que les artistes et les pièces musicales exécutées au violon, au piano et à la trompette m’ont transportée.

Pourtant, je me permets de lancer une note discordante à l’endroit du bilinguisme «anglais» de Pierre-André Doucet.

Excellent pianiste et animateur, il a versé dans l’anglais à 90% devant un public de plus de 80% de… francophones; trouvez l’erreur!

Si M. Doucet sait équilibrer son discours au cours des huit prochaines soirées, l’été musical de Barachois sera un succès sur toute la ligne.

Adrienne Deveau
Bathurst

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle