Léon Robichaud
Shippagan

À chaque rentrée, je revois ma première journée à l’école de mon village, en septembre 1942,

Dans son livre La Peste, Camus est particulièrement sensible au problème du mal, le mal enfantin. Présentement, je me sens lié à un monde qui nous piétine, à un monde indifférent au mal et à la destruction des vivants les uns par les autres.  Selon un écrivain, la question des enfants se pose: ce qui est difficile, c’est d’être un enfant dans un monde de gens fatigués, occupés, sans patience, toujours à la hâte.  J’ajouterai que seul un enfant ne peut pas mettre l’amour dans sa poche.  L’enfant comprend qu’il vit avec son père et sa mère, et qu’il y a un mystère sans lequel il ne peut pas être heureux.

Ce mystère de l’enfant, je l’ai compris en visitant une maman monoparentale.  Elle a une petite fille de quatre ans et a une grande amitié avec sa mère.  Au cours de notre conversation, elle dit à sa mère: « Avec quoi je t’aime maman? »  Avec ton coeur, lui dit-elle « Non, lui dit la petite fille, ce n’est pas avec ça que je t’aime ». .Cette petite fille, elle sentait mieux que sa mère que dans un coeur avec lequel elle l’aimait, qu’il y avait en elle un mystère que les mots ne peuvent pas définir.

Suite à cette conversation entre une petite fille et sa mère, j’ai mieux compris que nous les adultes, nous demeurons à la surface des choses.  Nous ne nous sommes rarement rencontrés nous-mêmes.  C’est pourquoi nous ne pouvons pas imaginer qu’il y a en nous un secret, un mystère qu’un enfant comprend mieux qu’un adulte. Tant que nous sommes préoccupés par le matériel, l’amour et le pouvoir, nous ne pouvons comprendre qu’il y a en nous un mystère qu’il faut découvrir, un amour qui cherche à venir à notre rencontre.  Cette rencontre est essentielle pour que les richesses enfouies et cachées en nous, puissent se révéler.  Voilà justement la nouveauté prestigieuse de l’éducation: prendre l’enfant de l’intérieur.  L’essence de la personne humaine, malgré toutes les différences apparentes de l’embryon au vieillard, tiendrait dans la profondeur du mystère qui l’habite.

Bonne rentrée à tout le personnel scolaire.

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle