Il y a à peine quelques semaines la présidente de l’AEFNB, Nathalie Brideau, une ancienne collègue de travail à l’école W.-A. Losier de Tracadie, que je salue au passage, affirmait dans une entrevue à Radio-Canada Atlantique qu’elle était personnellement pour la vaccination contre la COVID-19, mais qu’elle était contre la vaccination obligatoire et que la décision appartenait à chaque membre de l’Association. Ses propos m’ont étonné au plus haut point, car j’ai œuvré moi-même pendant de nombreuses années dans ce domaine que ce soit au niveau de l’école, de l’ancien district scolaire 7 ou de la Fédération. Le rôle fondamental de toute Association ou syndicat est d’agir dans l’intérêt de ses membres et de veiller à leur bien, là Nathalie Brideau va à l’encontre de ce principe de base.

En cette période difficile de COVID-19 que nous traversons, les scientifiques spécialistes en la question ne cessent d’affirmer haut et fort que la SEULE façon de s’en sortir avec de moindres dégâts était la vaccination optimale. La grande majorité des enseignantes et enseignants de la province est adéquatement vaccinée, seuls 10 à 15% ne le sont pas. Comment participer à une réunion que ce soit du département, de l’école ou du cercle en sachant que, peut-être, la personne qui est à côté de nous n’est pas vaccinée et pourrait être porteuse du virus? Que cette même personne enseigne à plus de 20 élèves et risque de les contaminer. En sachant que la grande majorité des cas positifs actuellement sont des non-vaccinés, le libre choix des membres prônés par Nathalie Brideau va à l’encontre du principe de base qui est de protéger l’intérêt de la grande majorité des membres de l’Association, contre tout entendement!

Le 5 octobre, la santé publique annonçait la vaccination obligatoire pour TOUT le personnel scolaire et ceux et celles qui refusaient seraient suspendu(e)s sans salaire, les cas de COVID 19 augmentant de façon exponentielle.

Le lendemain, Nathalie Brideau et l’AEFNB tombent dans le domaine politique en affirmant que «la vaccination obligatoire est le fruit d’une incapacité du gouvernement convaincre suffisamment de Néo-Brunswickois à l’importance de se faire vacciner» et là je la renvoie à son entrevue à Radio-Canada Atlantique quelques semaines auparavant. C’est lors de cette entrevue qu’elle aurait dû encourager fortement les membres de l’association d’aller se faire vacciner pour leur bien et celui de la collectivité, c’était là une belle occasion de faire preuve de leadership. La lutte contre la COVID-19 ne concerne pas uniquement le gouvernement et la Santé publique, c’est l’affaire de tout le monde, chacun(e) a sa propre responsabilité et comme Rino Morin Rossignol disait dans une de ses chroniques, à quand des cours d’instruction civique dans nos écoles? Je rajouterais pour notre grand bien!

Pour ce qui est de Blaine Higgs, les résultats actuels de la pandémie au N.-B. démontrent largement que la décision prise avec la Santé publique de passer en zone verte était bien hâtive et cela a été une erreur monumentale, ayant cédé à la pression de l’industrie touristique surtout. Et comme le dit François Gravel, nous sommes passés de bon élève à cancre au pays. Nous en payons malheureusement un prix élevé maintenant. Notre système de santé était déjà maigrichon bien avant l’apparition de ce satané coronavirus, maintenant il faut parer au plus pressé en espérant que ces récalcitrants changent d’avis pour leur bien et celui de la population en général.

Claude Soriano
Dieppe

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle