Notre gouvernement n’est pas en mode négociation. Il est en guerre contre le syndicat. Quand on est en guerre, on ne négocie pas. On veut gagner. C’est ce que fait Higgs. Quand on négocie, on veut trouver la meilleure solution pour les deux parties.

Dans ma vie professionnelle, j’ai géré pour des clients quatre conventions collectives durant 12 ans. Un seul grief en 12 ans. On avait du respect pour les employés, mes clients comprenaient qu’une bonne relation est plus bénéfique que des rapports de forces continuels. L’intérêt de la compagnie était d’avoir des employés contents de travailler, l’intérêt des employés était d’avoir des conditions de travail respectueuses de leurs services.

Vous M. Higgs semblez croire que la société est faite pour les plus riches. Les autres, qu’ils soient autochtones, francophones pauvres, du Nord, devraient être les serviteurs des Irving de ce monde. Vos gestes, vos actions et attitudes témoignent d’un mépris pour tous ceux qui ne sont pas dans les privilégiés que vous servez avec tant d’empressement. Il est dommage que vous vous identifiiez comme un conservateur, alors que vous ressemblez plus à un CoR. Par vos injustices vous allez laisser une marque que les conservateurs ne méritent pas, pas plus qu’aucun parti.

C’est vous qui, comme ministre des Finances, avez cessé de payer les sommes dues conformément aux ententes collectives en vigueur à cette époque. Maintenant pour couvrir vos décisions arbitraires, vous voulez changer le régime de pension des syndiqués. Le prétexte que vous invoquez est de permettre à un plus grand nombre de bénéficier de fonds de pension. Les syndiqués ont payé, ils ont respecté l’entente. Soyez responsable de vos décisions, payez votre part maintenant. Si vous êtes honnête, faites-le. Personnellement j’aimerais enfin voir un geste humain de votre part. Les gens qui travaillent ont droit à une sécurité lors de leur retraite.

Vous avez forcé le retour au travail des gens de la santé sous prétexte de sauver des vies. Combien de vie aurait pu être sauvée si vous aviez injecté les argents du fédéral dans la santé au lieu de les dévier sur la dette? Combien de soignants seraient dans des conditions acceptables si vous aviez priorisé les gens au lieu de l’argent? Où en serait-on avec cette pandémie si vous aviez eu du cœur au lieu d’être une calculatrice sans âme et sans respect pour vos citoyens?

Retirez-vous de ces négociations, vous semblez n’avoir aucune compétence en ce domaine. Quand on fait la guerre, on la maintient. Pour le bien de tous, cédez votre place à des gens qui ont les compétences nécessaires pour arriver à un compromis. Tout indique que ce n’est pas ce que vous recherchez.

Il serait bien pour la démocratie que vous démissionniez comme premier ministre, vous n’en avez ni la carrure ni l’esprit.

Réginald Boudreau
Grande-Anse

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle