Nos organisations représentant plus de 30 000 travailleuses et travailleurs souhaitent envoyer un message clair au premier ministre Higgs et au caucus conservateur: terminez le processus de négociation collective à la table et non à l’Assemblée législative.

Le fait de limiter les droits des syndiqués au moyen d’une loi musclée a des répercussions non seulement sur les employés syndiqués, mais également sur les droits de toutes les travailleuses et tous les travailleurs.

Sans la libre négociation collective, les Canadiens n’auraient pas accès au salaire minimum, aux indemnités de vacances, aux congés de maternité et parentaux ou aux heures supplémentaires. Ces avantages, d’abord négociés par les syndicats, sont devenus des lois haussant la norme pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs canadiens.

La province a su maintenir une paix sociale relative depuis des dizaines d’années parce que les deux parties savent que la meilleure façon d’avancer est à la table. Si un marathon de négociations est nécessaire, c’est ça qu’il faut faire.

Nous ne pouvons pas envisager le recrutement et la rétention d’une main-d’œuvre qualifiée et professionnelle sans respecter au préalable le processus, la loi et les personnes présentes autour de la table des négociations.

Nous exhortons donc le caucus conservateur – dont les électeurs comprennent un grand nombre de nos membres et de travailleurs actuellement en grève – à inciter le premier ministre à retourner à la table des négociations. Cette méthode est sans conteste la plus efficace pour obtenir une résolution et remettre les gens au travail sans affecter le public.

Une résolution négociée en temps opportun est la meilleure solution pour toutes les parties concernées.

Paula Doucet
Présidente, Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Susie Proulx-Daigle
Présidente, Syndicat du Nouveau-Brunswick

Nathalie Brideau et Connie Keating
Coprésidentes, Fédération des enseignants du Nouveau-Brunswick

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle